pour bien vivre il faut savoir mourir

quand j’étais adolescente ma sœur avait eu comme prix d’honneur pour ses bonnes notes à l’école un énorme livre illustré d’astrologie. il était vraiment très beau. et ça m’a énormément inspirée. j’y ai lu que les scorpions s’intéressaient à l’au-delà de façon morbide. je trouvais ça un peu effrayant, pourtant j’étais la première à m’intéresser à l’au-delà de façon morbide. je ne suis pourtant pas scorpion… c’est dire ce qu’il faut penser de tout cela en définitive… (désolée si je froisse des convaincu(e)s, mais je me suis affranchie de cette limitation psychologique il y a quelques années maintenant; pour moi c’est devenu du temps perdu.)

je m’intéresse toujours à l’au-delà. j’ai toujours su (cru) que la façon dont on a décidé de mourir conditionne complètement la façon dont on décide de vivre. je peux proposer un exemple très simple: supposons que je sois atteinte d’une maladie incurable. dans le cas n°1 je décide de jouer à la malade. dans le cas n°2 je décide que je vais mourir en faisant ce que j’aime, peu importe ce que c’est, où ça se passe, et comment ça se passe. à votre avis dans quelles conditions vais-je passer le reste de ma vie selon ces deux cas? et lesquelles de ces conditions préféreriez-vous?

j’ai décidé de partager avec vous aujourd’hui un aspect de mes plus profondes pensées. je vais vous emmener beaucoup plus loin que cet exemple, attachez vos ceintures:

sur cette base là, mais pas seulement, je me suis interrogée comme beaucoup sur le pourquoi du comment de ma venue sur terre, de ma vie puis de ma mort programmée. je ne vais pas vous expliquer quand, comment ou pourquoi je me suis laissée séduire par telle théorie, religion, croyance, plutôt que telle autre. je vais juste vous décrire comment je vois le tableau d’ensemble, comment je crois que l’énergie circule entre le monde des « morts » et celui des « vivants ». (vous comprendrez le pourquoi des guillemets en finissant l’article, donc il vous faudra probablement le relire).

commençons par un dessin:

le monde matériel s’agence autour du monde spirituel comme autour d’un oeuf: nous sommes à l’extérieur de la coquille, la zone rouge correspondant au blanc d’oeuf n’est pas accessible aux vivants (en principe), ainsi que le jaune d’oeuf (ici en bleu). nous vivons à l’extérieur de la coquille. dieu est composé de l’addition de tous les esprits non incarnés, que ce soit des hommes, des femmes, des animaux, des plantes, tout ce qui est vivant et qui a été capable de se purifier de ses énergies basses se retrouve là. la zone tampon enferme les âmes qui se sont perdues ou qui viennent de mourir. si le corps physique est mort elles ne peuvent pas revenir dans le monde matériel, si leur énergie est trop basse, elles ne peuvent pas entrer non plus dans la sphère des esprits.

les êtres vivants sont comme des poupées russes, à ceci près que chaque poupée est attachée à la suivante par un fil très solide. la plus grande poupée est l’esprit, c’est notre être contenant l’énergie la plus haute, ensuite vient l’âme qui contient une énergie intermédiaire, et finalement le plus petit est le corps physique (qu’on peut toucher et sentir avec ses doigts) avec l’énergie la plus basse. le corps physique est attaché à l’âme qui elle-même est attachée à l’esprit. pour bien visualiser les choses, notre corps non matériel peut s’étendre à plus d’1m au-delà de notre peau.

on a donc 3 zones, à la fois dans l’univers et dans la composition de notre être. chacune de ces zones est aussi divisée en 3 parties, même si nous n’allons pas nous attarder sur les subdivisions. ce qui fait en réalité 9 zones. mais les plus importantes informations concernent les 3 subdivisions principales.

à l’extérieur de l’oeuf, il est possible aux 3 parties de nos êtres de se déplacer. si on veut entrer dans la zone rouge, le blanc d’oeuf, on doit ouvrir la poupée russe: le corps reste dehors, seuls l’esprit et l’âme entrent. mais le lien entre l’âme et le corps ne se rompt pas, donc on peut revenir de ce voyage là. mais si on veut entrer dans la zone bleue, l’âme doit rester dehors. à ce stade le lien entre l’âme et l’esprit sera rompu. donc on ne peut pas revenir de ce voyage là. l’information la plus importante est celle-ci: en passant dans la zone tampon les âmes enregistrent leur vie dans les anales akashiques. ces anales peuvent être consultées par toute personne capable de voyager jusque là et de revenir.

passons aux choses sérieuses à présent:

il est possible avec de l’entraînement de se propulser volontairement jusque dans la zone tampon. le corps reste derrière, « endormi », l’âme et l’esprit s’envolent, attachés au corps par un fil très solide. la personne voyage ainsi à la fois dans le monde matériel (même si elle ne peut rien toucher ni être vue), et dans le monde immatériel. selon la zone dans laquelle elle se trouve elle peut faire de mauvaises rencontres: une âme à l’énergie basse en quête d’énergie spirituelle qui voudra la vampiriser. si elle entre dans la zone tampon, les mauvaises rencontres sont impossibles. mais si elle reste dans le monde matériel, ou dans les sphères les plus basses en énergie, ces rencontres sont possibles.

quand nous dormons, nous sortons automatiquement de notre corps physique. même si nous n’allons pas très loin, nous voyageons quand même entre le monde matériel (combien d’entre nous rêvent d’endroits connus?) et le monde immatériel. c’est pour ça que nous faisons parfois de mauvais rêves: toutes les rencontres ne sont pas positives dans ces sphères. plus nous sommes remplis de sentiments positifs plus nous nous élevons, et inversement. donc la peur, la panique, l’envie, la colère, etc. ne peuvent que rendre les mauvais rêves plus difficiles. inversement, avec un état d’esprit positif, on s’élève et on échappe aux mauvaises rencontres.

quand on meurt, cette propulsion n’est plus volontaire. le fil entre le corps et l’âme se rompt. on ne peut plus revenir. il se passe deux choses: on revoit toute sa vie en un instant, puis on ressent ce qu’on a inspiré aux autres pendant les premiers instants de son décès. tout ce qu’on a pensé de vous, par tous ceux qui vous ont croisé ne serait-ce qu’une fois dans leur vie, tous ces sentiments vous sont renvoyés. et vous les ressentez comme s’ils étaient vos sentiments. et c’est dans cet état là que vous devrez traverser les sphères basses en énergie pour monter jusqu’à la zone tampon.

si vous avez de la chance, les personnes que vous avez aimées et qui vous ont aimé(e) vous attendront dès la sortie de votre corps pour vous guider. encore faut-il que vous ayez inspiré assez d’amour à une autre personne pour qu’après sa propre mort elle ait envie de revenir ici, dans les énergies basses, pour vous chercher et vous guider. dans le cas contraire, il faudra vous débrouiller tout(e) seul(e). en espérant que vos actes, vos sentiments, votre vie ne vous ait pas alourdi(e) au point que vous ne puissiez quitter les zones basses en énergie.

plus votre corps est lourd et moins vous percevez les choses: avec le corps physique vous avez moins de sens qu’avec le corps de l’âme, et moins de sens qu’avec le corps de l’esprit. votre sensibilité ira croissante en quittant chaque poupée russe. donc dans les faits, c’est quand on est enfermé(e) dans un corps physique qu’on est le plus « mort(e) ». autant dire que bien des choses vous auront laissé(e) de glace, ici, dans votre vie matérielle, et vous toucheront à vous faire verser des rivières de larmes dans la zone tampon. et si vous avez inspiré trop de tristesse et trop de peine, votre énergie sera tellement basse que vous ne pourrez pas quitter la zone tampon.

pour finir concernant les subdivisions: on a vu que chaque sphère contient 3 zones. dans la sphère matérielle aussi. plus votre esprit s’élève (avec la pratique de la méditation par exemple) plus votre corps s’élève en énergie. même s’il reste matériel, il ne sera plus dans la matière 1, mais dans la matière 2, ou dans la matière 3. en conséquence de quoi, vous deviendrez plus sensible: aux couleurs, aux sons, aux odeurs, votre 6ème sens va s’affiner, etc. vous commencerez à voir, entendre, sentir des choses auxquels les autres n’ont pas accès. beaucoup de gens qui commencent à engranger les bénéfices de leurs méditations se plaignent soudainement de bruits, de lumières, d’odeurs qui avant ne les dérangeaient pas.

ce sont toutes ces choses qui motivent mon chemin de vie. c’est pour ça que je suis gentille, serviable, je fais de mon mieux en tout cas. c’est pour ça que j’essaie de ne pas nuire aux autres. je sais très bien que tout ce que je fais me reviendra en pleine face le jour où je mourrai. j’essaie de régler mes comptes avec les autres rapidement également. c’est pour ça que je médite chaque jour. pour ça que je fais attention à mon corps (c’est mon temple pour les 3 premières marches de mon évolution spirituelle).

évidemment les choses sont un peu plus compliquées que ça, mais ce sont des grandes lignes. à une époque où je cherchais mon chemin, j’aurais aimé tomber sur un article comme celui-ci pour m’expliquer dans les grandes lignes le comment des choses.
pour le pourquoi, c’est une question que je médite encore. les pistes que j’ai trouvées donnent deux explications: la première étant que dieu cherche à étoffer les anales akashiques (accumuler de l’expérience et de la connaissance) donc il envoie des âmes en expédition-expérimentation. la seconde est que nos émotions sont une énergie qui nourrit les êtres spirituels. que l’émotion soit positive ou négative ne change rien. exactement comme dans le dessin animé de disney « monstres & cie ». donc quand dieu envoie une âme pour qu’elle s’incarne, en réalité, il plante un arbre dont il mangera les fruits.

voilà le tableau…
si vous avez trouvé ça intéressant, perturbant, ou qu’importe, partagez. c’est une chose sur laquelle je réfléchis depuis longtemps, alors tout échange est bienvenu. prenez soin de vous!

Publicités

4 réflexions sur “pour bien vivre il faut savoir mourir

  1. merci pour les articles et le partage. J’écris sur la question de la médiumnité et de la religion, car il semblerait, au fil des synchronicités et autres aventures spirituelles, que ceci soit mon chemin et je viens de découvrir votre site.
    J’aurai bien des choses à partager concernant votre dernier article car je viens d’écrire sur le sujet et selon ma perception des choses évidemment.
    Vous pouvez m’écrire par mail si cela vous intéresse.
    douce journée
    Nadja

    • bonjour nadja,
      merci de ton commentaire. je serai curieuse de lire ta vision des choses si tu veux bien la partager (même dans les grandes lignes) ici. n’hésite pas à partager tes textes dans les commentaires de mes articles.
      à bientôt!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s