le travail du libertin 2/6

<…partie 1

479px-0405.Annabell_002

j’en resterai à cette définition là car c’est celle qui m’intéresse, pour ceux qui en veulent plus sur le mot travail, c’est par ici.

pourquoi « peine que l’on se donne »?
parce qu’ils se trouve forcément parmi vous des gens qui défendront le travail comme une valeur. des gens qui subissent tout cela dans la souffrance, mais surtout dans le déni le plus total, le refus de principe et viscéral de reconnaître que le travail est une souffrance, et qui seront les premiers à venir vous crier dans les oreilles à quel point leur travail les épanouit, qui vous feront un cancer entre 40 et 60 ans, et mourront d’épuisement dans les 2 ans de leur retraite… ceux qui se donnent à eux-même cette peine.

reprenez donc toutes les significations de ce mot et expliquez-moi COMMENT toutes ces choses peuvent signifier une VALEUR défendable? laquelle vous plaît le mieux? maladie? allergie? pécher? oppression ou accouchement?
laissons-là l’étymologie, je sens que je vous perds… passons à autre chose:

le fait de se lever le matin AVANT 10H pour aller bosser a été reconnu comme une torture par une étude nordique. quand les gens qui bossent ont affaire à une personne ou un groupe de personnes qui ne bossent pas, leur premier reproche à ce groupe sera « moi je me lève tous les matins ». donc cette histoire de se lever alors qu’on aimerait rester au lit n’est pas juste anecdotique. c’est une réelle souffrance, dont vous avez parfaitement conscience, et que vous reprocherez à quiconque ne la partage pas. de façon très agressive, même. vous êtes-vous déjà demandé pourquoi?

si vous aimez le travail, que c’est une valeur à vos yeux, pourquoi le montrer de façon si violente? faisons un petit travail… pardon, effort de comparaison: remplaçons le travail par d’autres choses sur lesquelles je serais d’accord qu’elles représentent une réelle valeur. remplaçons dans une conversation le mot travail par d’autres mots que je vous donnerai ensuite.

on va reprendre en la simplifiant la conversation de la policière dans le second lien :
– excusez-moi madame, pourriez-vous m’aider?
– va te trouver un boulot! je me lève tôt tous les jours, tous les matins. c’est ça le travail. alors c’est ça ma réponse, va te trouver un boulot!
– bien sûr, je comprends, mais en ce moment je suis en difficulté, alors pourriez-vous m’aider?
– je m’en fiche, trouve-toi un boulot!
– ok, désolé(e)…
– c’est facile (frappe son interlocuteur) fais portier ou n’importe quoi!
– ok, désolé(e)…
– fais quelque chose! (le frappe encore)
– désolé(e)…

maintenant remplacez le boulot par le mariage, la méditation, le sexe, les enfants, n’importe quoi qui ait de la valeur à vos yeux, de la vraie valeur, une valeur humaine, et reprenez ce dialogue ensuite. le résultat est juste surréaliste!!!

mariage:
– excusez-moi madame, pourriez-vous me présenter des partenaires possibles?
– va te trouver un mari! je m’occupe de ma maison tous les jours, tous les matins. c’est ça le mariage. alors c’est ça ma réponse, va te trouver un mari!
– bien sûr, je comprends, mais en ce moment je suis en difficulté, alors pourriez-vous m’aider?
– je m’en fiche, trouve-toi un mari!
– ok, désolé(e)…
– c’est facile (frappe son interlocuteur) fais pute ou n’importe quoi!
– ok, désolé(e)…
– fais quelque chose! (le frappe encore)
– désolé(e)…

je passe sur le sexe parce que pour beaucoup le sexe est MAL connoté. pour moi le sexe est un besoin comme manger, boire, respirer et dormir. la nature ne fait rien par hasard, et si nous n’avions pas besoin de sexe, nous nous reproduirions en éjectant nos gamètes à l’extérieur du corps, pour que la reproduction et l’élevage des bébés soit totalement indépendante des parents, comme bien des poissons, batraciens et autres reptiles. mais on se reproduit en s’accouplant, et l’élevage des bébés n’est optimal que si les deux parents sont là pour l’encadrer. le sexe a une importance primordiale dans la race humaine. le tabou dont il souffre m’est inexplicable. mais soit, passons sur le sexe.

voyons ce que donne la méditation:
– excusez-moi madame, pourriez-vous m’aider à gérer mes pulsions?
– est-ce que je suis un temple de méditation!? je me lève tôt tous les jours, tous les matins pour méditer, moi. c’est ça gérer ses pulsions. alors c’est ça ma réponse, va te trouver un temple!
– bien sûr, je comprends, mais en ce moment je suis en difficulté, alors pourriez-vous m’aider?
– je m’en fiche, trouve-toi un temple!
– ok, désolé(e)…
– c’est facile (frappe son interlocuteur) assied-toi, ou chante, danse, ou n’importe quoi!
– ok, désolé(e)…
– fais quelque chose! (le frappe encore)
– désolé(e)…

la suite c’est ici…>

les solutions c’est ici…>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s