je n’ose pas me croire

La_Science_Jules_Blanchard

« je sais que c’est vrai, je sens que c’est vrai, mais je n’ose pas me croire, je n’ose pas contredire ce que la science m’a appris ». voilà en gros ce que m’a dit ma dernière rencontre.

ça devient pénible, je ne peux plus parler à quiconque sans que la conversation deviennent hautement philosophique et axée sur la spiritualité, le tantra, la vie. seulement plus je médite, plus je me coupe de la « réalité » telle que la science nous l’impose, et plus la rencontre avec une personne « normale », formatée est plus exact, devient difficile.

dieu que la conversation fut dure! combien de fois a-t-il fermé les yeux, perdu, complètement bouleversé, les sens chamboulés, pour s’écrier ensuite « attend, je ne te suis plus! c’est logique, mais je ne te suis plus! » je reprenais le fil de la conversation, il acquiesçait à tout, et quand je finissais, à nouveau il fermait les yeux pour répéter la même chose! mon raisonnement est logique. mais arrivé au point où il entre en contradiction avec la science, le cerveau de g. se bloque. il se bloque parce que ce chemin lui a toujours été interdit.

et finalement g. a avoué qu’il avait peur de contredire la science.
les gens ont peur de contredire la science!
la science terrifie ses propres chercheurs, et les paralyse.

il sort son tabac, me demande s’il peut fumer, et j’accepte en silence. il roule sa cigarette, et quand il est sur le point de l’emboucher pour l’allumer je pose ma main sur son bras, et je lui dis: attend, avant que tu ne sentes la cigarette…

sans finir je l’embrasse. il est surpris dans un premier temps, puis me rend tendrement mon baiser. doucement je l’embrasse encore, je pose mes lèvres lentement sur les siennes et je prends mon temps à chaque fois pour clôre le baiser. il me suit, m’attend, il est très à l’écoute, très attentionné. puis il pose son front sur le mien. je suis surprise, et en même temps reconnaissante. c’était juste ce qui me manquait. le baiser dure encore un peu, mon front ne quitte pas le sien, je frotte mon nez sur son nez, mes lèvres reviennent sur sa bouche, repartent, puis enfin nous nous séparons.

il est un peu embarrassé, ému. il allume sa cigarette, et pendant quelques secondes je le laisse fumer. puis je le regarde, et je lui demande:
qu’as-tu ressenti quand tu as posé ton front sur le mien? tu t’es senti bien immédiatement, n’est-ce pas?
il acquiesce sans comprendre où je veux en venir.

– sur le front, là, je te l’ai dit, il y a le 3ème oeil. le 6ème chakra. quand deux personnes posent leur front l’un contre l’autre, ainsi, elles se connectent par le 3ème oeil. beaucoup de peuples primitifs se saluent ainsi, en touchant le front avec son front.
– ah bon?
– les bouddhistes se disent bonjour comme ça.
(il y a aussi les maoris qui le font clairement dans le but de se connecter – c’est un hongi. je l’ai vu sur des photos d’indiens d’amérique du sud également.)
– c’est vrai.
– tu as senti quelque chose quand tu l’as fait.

il regarde devant lui, perdu. il refuse de répondre. la réponse ne lui plait pas.

un peu après nous décidons de rentrer. il fait froid, et rester immobiles sur un banc en janvier n’est pas exactement une bonne idée. nous commençons à marcher, et il me dit qu’il a le cerveau en ébullition, qu’il n’arrivera sans doute pas à dormir ce soir. pour le rassurer je lui explique en quoi consiste les koans.

– c’est un travail spirituel…

je m’arrête parce qu’il vient de lever les yeux au ciel. je souris.

– ce n’est qu’un mot, dis-je. juste un mot. toute l’après-midi nous avons eu une conversations spirituelle. est-ce que ça t’a semblé bizarre, digne d’une secte, avec les encens, les danses rituelles, et j’en passe?
– non.
il rit.
– faire un travail spirituel c’est faire ce qu’on a fait cet après-midi. se demander si les animaux ont une âme, et si on a le droit de les maltraiter, se demander si on doit ou pas respecter la nature, si le droit de propriété rime à quelque chose, tout ça c’est du travail spirituel. tu te rebiffes parce que tu es allergique au mot. mais ce n’est qu’un mot, et la réalité qu’il englobe, comme tu vois, est une RÉALITÉ. nous parlons de choses palpables, de choses qui ont des incidences directes dans ta vie.
– oui mais tu sais, la science n’accorde pas de crédit au spirituel. c’est dur de se faire violence là-dessus. j’ai suivi un cursus scientifique, et tout ça, on nous a appris à ne pas le croire.
– mais est-ce que tu te rends compte que tu as plus confiance dans ce qu’on t’a dit, que dans ce que tu sens, ce que tu ressens de ta propre expérience?
il ne répond pas.

j’ai fait des études scientifiques aussi. alors j’étais d’accord avec lui…
et ensuite je lui ai parlé des koans, de ces petites ou grandes phrases qui vous chamboulent, et auxquelles parfois on ne comprend rien pendant de longues années, pour finalement les trouver claires comme de l’eau de roche.
– n’y pense plus, ai-je dit, fais comme pour les koans, laisse ton inconscient travailler dessus, et un jour ça sera clair, limpide, sans que tu n’aies rien fait pour ça.
mais ce n’est pas mon propos. là, je veux vous parler de science.

de vous à moi, à quoi rime cette science? à quoi rime une science qui vous APPREND À NE PAS CROIRE?

un vrai chercheur cherche sans idée préconçue. un vrai chercheur est prêt pour la réponse, quelle qu’elle soit. visiblement, un chercheur scientifique n’est pas prêt pour une réponse qui englobe le spirituel. même quand et si au moment où son front touche le front d’une autre personne il SENT qu’il se passe quelque chose en lui, sans l’ombre d’un doute. il le niera PARCE QUE le spirituel c’est de la merde. tous les scientifiques le savent.

à quoi sert la science?
réellement. demandez-vous à quoi elle sert. si les réponses qu’elle cherche sont déjà toutes tracées, demandez-vous jusqu’où cette science est capable d’aller. ensuite demandez-vous à quel point vous êtes prêt à lui faire confiance. pour votre santé. votre survie. l’éthique de votre morale. quelles réponses peut-elle vous apporter?

et demandez-vous enfin pourquoi vous la traitez comme un dieu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s