espérance de vie

femmefeuille

en 2010 l’espérance de vie en france est de 81 ans, 82 si on veut compter large et penser positif. si on y réfléchit, ça veut dire qu’on a de façon réaliste 54 années de vie choisie. j’enlève 18 ans pour l’enfance, l’acquisition de la majorité, et 10 ans parce que je ne pense pas que c’est entre 72 et 82 ans qu’on va changer de vie et réaliser ses rêves.

pour ceux d’entre nous qui ont passé la quarantaine, 54 c’est court. n’est-ce pas? imaginez aussi que de ces 54 années il faut enlever celles qui sont déjà passées: alors mettons 54 – 22 (40 – 18) = 32 années de belles réalisations qui restent. si vous avez 40 ans ça veut dire qu’il vous reste 32 années pour faire ce que vous avez toujours rêvé de faire.

avec le temps vous serez fatalement moins dynamique, moins en santé. 40 piges c’est le début des gros bobos. cancers, crises cardiaques, anévrismes… donc on peut dire que les 22 années de liberté passées seront logiquement les plus belles. les plus faciles. celles pendant lesquelles vous aviez le plus de chance de faire ce qui vous plait. là, on entre dans le déclin. en termes d’espérances de vie (ce que vous espériez faire de votre vie) les possibilités se réduisent.

je ne dis pas ça pour vous déprimer, mais pour vous expliquer mon raisonnement actuel. j’ai 40 ans, il me reste 10 années grosso-merdo de menstruations, donc 10 ans pour tester, essayer, apprendre le tantra rouge. jusque là je n’ai jamais voulu essayer, mais l’autre jour j’ai réalisé que bientôt ce ne sera plus un choix mais une décision irrévocable. et avant de dire non, j’aimerais être sûre que cette partie du tantra ne me correspond réellement pas.

il y a quelques semaines j’ai lu le livre « tantra, la voie de l’acceptation » d’osho. ce n’est pas osho qui l’a écrit, ce n’est qu’un medley de plusieurs discours du maître, que ses héritiers ont jeté dans un ordre parfois aléatoire sur papier. il y a une foule d’idées dans ce livre, des idées qui vous changent, si tant est que vous désirez être changé.

dans ses discours osho disait que les gens sont têtus. les gens ont du caractère, un caractère en acier trempé, ce qui pour lui était l’équivalent de la tête de mule. pourquoi? parce que les gens aiment les habitudes. ils aiment savoir comment agir, et comment ils réagiraient dans telle ou telle situation, ça les rassure. c’est ce qu’osho appelle avoir du caractère.

quand on a du caractère on ferme la porte à la spontanéité. ça tombe sous le sens. si vous savez déjà que dans telle situation vous feriez ceci, ou cela, ça signifie que si vous êtes bien luné, mal luné, en bonne compagnie, en mauvaise compagnie, que votre intuition soit bonne ou mauvaise, vous agirez toujours de la même manière. si vous fumez, vous fumerez toujours. si vous buvez, vous droguez, battez vos enfants, votre épouse, volez…

vous voyez où je veux en venir? quand on se programme, on se vide de toute humanité. on devient une machine, aveugle, sourde, cruelle, d’abord avec nous-même, ensuite avec les autres, fatalement.

j’ai donc décidé d’apprendre, de réapprendre la spontanéité.
j’ai envie de me dire oui, pour tout. oui pour aimer, pour ne pas aimer, pour rencontrer de nouvelles personnes, ou revoir des anciennes, pour changer de vie ou ne rien changer, je veux me dire oui au quotidien, et tant pis si aux yeux des autres je deviens lunatique. je veux me donner la liberté d’être lunatique si tel est mon bon plaisir.

je vais tester le tantra rouge. je refuse de décider que je n’aime pas ça sans savoir. oui, j’ai la même aversion que n’importe qui issu de notre société pour les règles. mais je vais tester le tantra rouge. si au final je n’aime pas, je SAURAI que je n’aime pas. je ne veux pas le penser, l’imaginer, mais le vivre.

je vais arrêter de regarder l’horoscope aussi, parce que je n’ai pas besoin qu’on me dise que je suis de tel signe, et qu’à ce titre je réagis de telle ou telle manière dans telle ou telle situation. je ne veux pas être un horoscope. je ne refuse aussi qu’on me juge sur mon apparence. je veux dire que vous allez certainement continuer à me juger, pourquoi cesseriez-vous? mais qu’à partir de maintenant je vous enverrai paître. et je ne serai même pas tendre.

je ne l’ai pas sous le nez, donc je ne peux pas vous le recopier, mais je vais essayer de vous raconter un koan que j’adore:

c’est un apprenti bouddhiste à qui on a dit le plus grand bien à propos d’un temple perdu dans la montagne et dans lequel deux maîtres éveillés prient. malgré les instructions l’apprenti se perd, et arrive devant la demeure de deux voleurs manipulateurs.
quand ils entendent sa requête, ils comprennent tout de suite à quel point ils peuvent tirer parti de cette situation. ils se font passer pour les maîtres éveillés, et réduisent peu ou prou l’homme en esclavage. il devient leur coursier, leur mulet pour transporter les marchandises volées, un serviteur infatiguable, zélé, et d’une grande loyauté. mais il ne cesse de leur demander quand il sera prêt pour connaître l’éveil.
après de longues années de servitude, et inquiets de ne pas laisser de témoin de leurs activités, ils lui disent qu’il est prêt, et que l’épreuve finale consiste en un vol plané par-dessus une vertigineuse faille. « si tu as la foi, tu voleras, tu ne tomberas pas », lui disent-ils. confiant comme toujours, l’homme s’élance… et vole jusque de l’autre côté. là, il fait signe à ses maîtres, s’incline respectueusement, et repart chez lui.
surpris, interloqués, les deux voleurs se regardent. puis ils se mettent à discuter, et se disent qu’il s’agit certainement de l’un de ces endroits en montagne où les courants ascendants portent les oiseaux, et qu’il est possible que le courant soit assez dense pour porter un homme. ils s’élancent à leur tour et s’écrasent au pied de la montagne.

le koan est censé illustrer le fait que ce qu’on croît vrai, devient vrai.

c’est ma vie, je vais édicter mes propres règles, et cesser de suivre celles des autres. il me reste 32 années, et j’ai décidé qu’elles n’appartiendront qu’à moi. à bon entendeur…!

Publicités

2 réflexions sur “espérance de vie

  1. il faut que je reprenne du temps pour venir commenter tes billets, celui la et le précédent entre autres…
    En attendant, une petite citation en passant qui m’a fait penser à toi :

    « Si tu veux véritablement connaître le cœur d’une personne, observe comment elle se comporte avec les gens qui ne peuvent rien lui apporter. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s