le tantra et l’acte sexuel

Tantric_ritual (1)

à la suite de: https://petitphoenix.wordpress.com/2013/08/23/les-petites-fiches-pratiques-du-libertinage-bad-trip/

quand on se laisse emporter dans le flot turbulent de la vie, surtout la vie occidentale moderne, on est en permanence tenté de mal agir: prenons un exemple simple au travers des déplacements dans le métro de paris. quand j’ai emménagé en région parisienne, j’ai eu du mal à m’adapter à deux réalités qui coexistent. à paris on me bouscule, et pour avancer je dois bousculer aussi. en province les gens s’écartent gentiment et me laissent passer, s’arrangeant pour que nos trajectoires ne se bousculent pas. quand je retournais à paris pendant la première heure je me faisais bousculer jusqu’à ce que je réagisse, et inversement en province je bousculais tout le monde jusqu’à ce qu’un regard choqué et plein d’incompréhension me fasse prendre conscience que j’agissais mal.

le sexe fonctionne de la même manière. beaucoup en ont une vision très utilitaire, et oublient sa dimension spirituelle. ils sont là pour assouvir leur faim, et se contre-fichent de qui vous êtes, ce dont vous avez besoin. leur désir se situe dans le bas-ventre (tension furieuse du sexe) et dans la tête (fantasmes pornographiques). toute la colonne intermédiaire est tronquée, oubliée, et parfois volontairement refoulée. le sexe s’apparente chez eux à une démangeaison qu’il faut gratter. une fois la démangeaison grattée, les voilà soulagés, et honteux parce que rattrapés par l’évidence d’être « passé à côté ». ils se dépêchent de vous fuir, de vous oublier. et très vite, la démangeaison revient parce que comme dit précédemment, ils sont passés à côté.

pour d’autres le sexe est une nourriture qui assouvit toute leur colonne d’énergie: du premier chakra (entre l’anus et le sexe) au dernier (sommet du crâne).  on essaie ainsi de satisfaire le second chakra (organes sexuels internes), le troisième (plexus solaire), le quatrième (le coeur) sur lequel on travaille particulièrement parce que nos société modernes ont tendance à censurer tout sentiment d’amour et de compassion vécus comme une faiblesse, le cinquième (la gorge), et le sixième (milieu du front). surtout on ne commet pas l’erreur d’adorer la pornographie au travers de son septième chakra, on adore la divinité en soi, et la divinité dans l’oeil de son partenaire. et cela change TOUT. le sexe vous nourrit, et cette nourriture dure longtemps. pas de honte, pas de sentiment d’être passé à côté, et pas de démangeaison.

revenons à nos moutons:
à la fin de mon billet sur les mauvaises rencontres, les bad trip, je disais que lorsque je vis ce genre d’expériences, aujourd’hui, je n’éprouve que de la pitié pour ceux des hommes qui refusent de voir, et s’obstinent à gratter leur démangeaison. la raison principale de cette pitié tient à ce qu’ils vivent dans un monde de violence où tout le monde bouscule tout le monde. ils me bousculent donc. ce n’est pas vraiment de leur faute, ils font simplement ce qu’ils ont l’habitude de faire. ils n’ont aucune idée de mon potentiel, de ce que je suis capable de leur donner, et que j’avais envie de leur donner. en gros ils sont comme la mère de brian dans « la vie de brian » qui confondue avec la mère du christ met les rois mages dehors alors qu’ils ont les bras chargés de cadeaux. leur intuition d’être « passé à côté » sera d’autant plus grande qu’ils auront vu dans mes yeux qu’ils sont passés à côté. la honte sera plus grande, l’envie de me revoir d’autant plus inexistante (qui a envie de se regarder dans un miroir peu flatteur?), ils n’auront donc aucun rattrapage.

la vie moderne, les rencontres sexuelles, le libertinage, tout ce monde du sexe leur impose d’oublier leur 4ème chakra (le coeur et le sentiment d’amour)! personne dans le monde du sexe ne vous permettra d’aimer! le sentiment est le plus GRAND tabou du « libertinage »! et c’est pour ça que le sexe « libertin » ne peut pas nourrir celui qui le pratique. et plus l’homme sera content d’avoir bien baisé sa partenaire, plus il sera passé à côté de l’essentiel. et plus j’aurai pitié de lui. je ferai d’autres rencontres, j’en ai déjà fait, et dans le lot, je trouverai des hommes capables de s’écouter. je l’ai déjà fait. quand on prend du recul, passé la douleur d’avoir été éconduit(e)/bousculé(e), lequel des deux est le plus à plaindre?

le combat d’un tantrika, comme celui d’un bouddhiste, revient à ne pas répondre à la violence par la violence. absorber le choc, les coups, sans les rendre. faire comme les culbutos, basculer sans tomber. transformer une énergie négative (un coup) dans une énergie positive (l’élan qui permet au culbuto de se relever). ça implique d’apprivoiser son ego, et de ne pas le laisser répondre aux provocations: ne pas avoir peur, ni se reprocher d’avoir fait confiance, d’avoir été utilisé(e), d’avoir été ignoré(e). comprendre que la confiance et la sincérité sont indispensables à toute rencontre réussie, et que décider de les exclure désormais vous condamne à la même peine que celui qui vous les a fait subir.

Publicités

Une réflexion sur “le tantra et l’acte sexuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s