à poil, etc.

1007769

 

comme vous avez pu le constater les expressions mettant en scène le poil sont légion, et parmi elles, celles qui concernent le sexe ne sont pas en reste, le « à poil » titrien (du titre) n’en est qu’un exemple, et je ne résiste pas à l’envie de citer la mythique tarte aux poils qui tient à présent plus du mythe que de la tarte…

question: mais bon dieu pourquoi ne leur foutez-vous pas la paix, à vos poils!!!?

acte-I

petitphénix a 15 ans, elle discute avec une copine dans la cour de l’école, et remarque que sa copine (libanaise, musulmane, de 18 printemps au moins) a les bras tout doux. très gentille – oui, déjà à l’époque – elle le lui dit. la copine lui répond que le dernier week-end elle s’est épilé les bras… et tout le reste du corps avec la cire traditionnelle maghrébine, vous savez, le sucre au citron?

me voilà toute affolée!!! que d’informations!!! alors les bras ça s’épile? je me rasais parfois les jambes (pourquoi donc? je vous le demande! je donnerais beaucoup pour avoir à nouveau le petit duvet que j’avais, au début, avant le rasage!!!) et j’avais entendu dire que certaines se rasaient les aisselles, mais les bras? le corps…?

voilà que devant ma mine déconfite, ma copine ajoute:

mais oui, vois-tu, le poil sur le corps d’une femme conduit immanquablement l’homme à penser à cet endroit du corps où nous en avons tous: le pubis. pour éviter ce désagrément, il vaut mieux l’enlever!

ah bon…? bien bien…

je précise pour rassurer le lecteur abasourdi que vous êtes – si si – que je n’ai jamais suivi ce conseil, ni à 15 ans ni plus tard, mais… continuons!

acte – II

je commence ma vie sexuelle au début des années quatre-vingt-dix, et tout se passe bien jusqu’à ce que je décide – mais quelle idée! – de devenir libertine à trente ans passées… j’avais passé ma vie d’adulte en couple, mes mois de célibat depuis ma première relation pouvaient se compter sur les doigts des deux mains, et même si ma vie sexuelle avait toujours été riche, ce n’était pas par le changement de partenaires qu’elle brillait… or comme tout le monde le sait le libertinage tient pour une grande partie à la liberté de changer.

je me rends très très vite compte que le poil a une grande importance dans le monde des rencontres, certains n’hésitant pas à en faire une question d’hygiène! au départ plus étonnée que choquée, j’essaie de comprendre… de l’hygiène? le rasage? l’épilation? ça me semble anti-naturel, mais étant jeune dans le monde de la rencontre, je n’ai pas tout de suite le réflexe de contester en argumentant!

acte – III

nul ne reste indéfiniment un bébé, même dans le monde de la rencontre, et un jour, je finis par me renseigner sur ce que j’entends à longueur de chat, de rencontre, de sexe, sur le poil et ses travers…

argument en faveur du rasage/épilation comme condition d’hygiène = sur le court terme – très court terme : 24h – une peau rasée ou épilée accumulera moins de microbes qu’une autre, c’est vrai, puisque les micro-organismes de la peau responsables en particulier de son odeur unique pour chaque individu s’accrochent aux poils. bon, très bien…

argument contre le rasage/épilation comme condition d’hygiène = à long terme (ça peut ne prendre que deux jours chez certaines personnes, surtout si elle ne se lave pas, et se raser sans se laver ça arrive bien plus souvent que vous ne le pensez chez les adeptes de « l’hygiène seconde génération ») le rasage et l’épilation détruit ou déséquilibre la flore commensale (les bactéries NATURELLES DE LA PEAU, oui les mêmes, celles qui dégradent la sueur, et provoquent l’odeur de la peau). or, la flore commensale n’a pas été placée là par le jardinier du cosmos juste pour bien emmerder l’humain moyen en lui remplissant les narines d’odeurs fétides (et encore, pardon, mais chez les adeptes de l’hygiène première génération – savon et eau – ce n’est jamais fétide, hein). la flore commensale protège la peau en détruisant les mauvaises bactéries, celles qui sont responsables de maladies de peau. et je me dis, moi, bêtement, qu’étant adepte de la rencontre sexuelle, rencontre qui se solde dans les meilleurs cas par un corps à corps rempli de sueur et autres liquides de chacun des deux partenaires, que je préfère me frotter à des épidermes inconnus en étant certaine qu’en cas de problème je suis efficacement protégée… juste comme ça, au cas ou.

secundo : les poils attisent les sensations du toucher, parce que leur bulbe pousse près d’un nerf, chaque poil caressé, effleuré, fait grimper au rideaux celui ou celle auquel il appartient. et cela s’ajoute aux nerfs qui affleurent sur la peau. étant adepte de sexe, caresse, et autres joyeusetés qui mettent à contribution ces nerfs, je me dis bêtement que je profiterai mieux de mes rencontres avec que sans poils…

tertio: raser/épiler provoque parfois (souvent même) des blessures -> les blessures sont des portes ouvertes par lesquelles toutes les maladies, TOUTES, peuvent entrer dans le corps. mettez donc une goutte de sperme contaminée au VIH sur votre pubis blessé… et ajoutez un préservatif, surtout, faut savoir se protéger dans la vie…

quarto: l’odeur naturelle et non dégradée d’un corps permet à chacun de choisir un partenaire avec lequel le sexe sera aussi explosif qu’un bonbon acidulé! que votre corps reconnaisse dans l’odeur de votre partenaire un porteur de gènes compatibles aux vôtres, et il vous bombardera d’hormones du plaisir pour vous faire grimper aux rideaux! encore faut-il que l’odeur soit là, et non dégradée…

pour plus de détails: https://petitphoenix.wordpress.com/2013/03/26/le-sexe-et-les-odeurs-corporelles-ii-le-choix-dun-partenaire/

quinto: le poil permet la sueur qui permet la détoxification du corps. je rappelle à tout hasard dès fois que certains d’entre vous l’aient oublié, que nous vivons dans un monde ULTRA pollué, et que des moyens de détoxifier son corps il faudrait mieux les cultiver que les enlever…

acte – IV

lors d’une rencontre, par le fait d’un malheureux hasard, mon partenaire découvre au dernier moment que je suis poilue. je dis le fait d’un malheureux hasard parce que je le lui avais signalé, mais qu’il ne me lisait pas avec l’attention que je méritais. et donc, patatra! le jour de la rencontre, ça lui coupe l’érection! non mais je ne sais pas si vous réalisez l’énormité de ce truc quand même?!!! deux adultes POST PUBÈRES se rencontrent, et l’un d’eux ne supporte pas la vue des poils? toute la soirée il va insister pour que je me rase, me proposant même de le faire lui-même, et toute la soirée je vais refuser. il l’a fait gentiment, sans trop de pression, quoi qu’un peu tout de même. et ça s’est terminé en coït, parce que toute poilue que je suis, je lui filais la trique! la question que je me suis posée ce soir là est celle-ci: quel libertin peut se dire libertin si au final il exige de ses partenaires de ressembler à un stéréotype? quel est l’intérêt du changement, si on refuse le changement?

acte – V

venons-en au fait: je suis une libertine, qui aime le sexe, et qui aime le partager avec des partenaires parfois inconnus, parfois tout juste connus, et je suis une personne donc pour laquelle une méthode de séduction aussi efficace que rapide recouvre une certaine importance.

sachant que la vue de mes poils axillaires,  ceux de mes bras, mes jambes, incitera mes partenaires à penser immédiatement à mon pubis (qui, grâces en soient rendues à la nature, les attendra sagement dans son écrin velu),

sachant que l’odeur capiteuse de mon corps poilu est saine et naturelle, et qu’elle me permettra de rencontrer parmi les candidats possibles ceux que mon corps préférera,

sachant que ma peau habitée par mes bactéries commensales que j’espère nombreuses et en bonne santé me protégera des maladies de peau de ceux de mes partenaires que je décide de croquer au dépoté,

sachant que ne me rasant pas, ne m’épilant pas, je peux laisser mes partenaires éjaculer sur mon corps, mon pubis, mes fesses, mes aisselles sans crainte,

sachant que ma sueur coulant librement à travers mes pores poilus me permettra de me débarrasser de toxines qui autrement me conduiraient à avoir des cancers et autres joyeusetés, ce qui me permettra de vivre plus longtemps, en meilleure santé, donc de continuer à faire des rencontres,

sachant tout ça, je vais courir me raser immédiatement! je suis vraiment trop conne de ne pas vouloir m’épiler comme tout le monde!

(et je vous laisse le teaser en ligne… vous l’avez vraiment beaucoup aimé, et je n’ai pas le cœur à vous l’arracher… )

Publicités

4 réflexions sur “à poil, etc.

  1. Je plussoie aussi 🙂

    J’ai découvert assez récemment (je dois pas regarder assez le 20 heures je pense…) que les hommes se rasaient aussi pour la plupart, et je me suis laisser imposer ça il y a quelque temps (je suis pas chiant comme garçon 🙂 ). J’ai trouvé ça un peu ridicule mais surtout absurde… D’ailleurs une femme rasée ça a tendance à me déconcerter pas mal, voire à me couper mes effets, j’ai toujours la vague impression de me trouver dans un porno…

  2. s’il te plait laisse repousser tes poils… je soupçonne cette tyrannie d’en être devenue une uniquement parce que comme toi plein de gens ont décidé de ne pas être chiants. c’est idiot de faire quelque chose de si emmerdant sur le long terme (la repousse entre les couilles, ça fait plèze n’est-ce pas?) uniquement pour faire plaisir à quelqu’un d’autre, alors que soi-même on n’est pas convaincu, voire même, on est sceptique. je suis d’accord avec toi, en faisant ça, on se cache derrière un stéréotype, une image, un rôle qui ne nous correspondent pas du tout…

    comme toi j’ai été compréhensive au début. mais j’ai vite déchanté devant le comportement plus qu’abusif de ceux à qui ça ne fait rien de perdre leur âme (comprendre faire et exiger des choses sans y réfléchir en les trouvant naturelles alors qu’elles ne le sont pas, et en les exigeant même quand elles ne sont pas spontanément offertes).

  3. rassures toi, ça a repoussé depuis 🙂
    il est improbable d’ailleurs que je le refasse un jour à moins que je n’y prenne gout personnellement et ça n’en prends pas le chemin… d’ailleurs je ne suis même pas sur que ça plaise vraiment à la plupart des gens (des hommes qui l’exigent en particulier) sur ce sujet comme sur plein d’autres on est beaucoup plus dans la mode et le stéréotype de comportement que dans le choix individuel…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s