se souvenir de ses amants…

bleu-du-chili-1a-n-b1la buse du souvenir ne s’arrête pas là où on ne lui a proposé ni perchoir, ni nourriture

quelques années plus tôt, quand j’étais une jeune fille sage qui croyait en l’amour unique, j’ai eu une discussion avec un jeune homme qui avait eu une vie sexuelle bien plus mouvementée que la mienne: je lui ai demandé avec combien de femmes il avait couché, et il m’a répondu qu’il n’en savait rien. ça m’a semblé simplement incroyable!!! mince, comment oublier une personne qui vous a fait battre le coeur et corps à un moment donné? j’ai insisté, croyant qu’il refusait de répondre pour diverses raisons: sa réputation, ne pas me choquer, ou me laisser croire qu’il y en avait plus que ce qu’il ne disait. il m’a répondu « je ne sais pas, je pense qu’il y en a plus d’une centaine, mais tu sais, au bout d’un moment tu arrêtes de compter, et au final tu ne te souviens pas de toutes… »

il y a quelques jours, quelques semaines même, je me suis demandé si je pouvais me souvenir de tous mes amants alors que je parlais de mon passé sexuel avec un sexfriend-sans-sexe…

(laissez-moi vous expliquer: je ne vais pas sur les sites de rencontre pour choisir un amant sur catalogue, même si au fond ça revient un peu à ça. j’y vais en premier pour bavarder. parfois des liens se créent, et je me fais des sexfriends-sans-sexe – ami de sexe – avec lesquels il n’y a jamais de sexe, mais avec lesquels je bavarde dès que nous nous retrouvons connectés ensemble. il n’y a pas d’ambiguïté  nous parlons de sexe, de nos expériences, rencontres, aventures et mésaventures, en ayant réglé une bonne fois pour toutes la question du « on passe à l’acte, ou…? » par la négative. nous ne pouvons pas dire que nous sommes amis simplement parce que les conditions dans lesquelles nous nous sommes rencontrés s’opposent à une amitié classique. reprenons! )

donc j’avoue de prime abord à mon sexfriend-sans-sexe, comme ça, ne pas me souvenir de tout le monde… eh oui, j’en étais là moi aussi! toutes ces rencontres, tous ces bras, ces corps, tout me semble flou, emmêlé… mais dans mon fort intérieur je me promets d’essayer de me souvenir, d’au moins essayer. alors pendant quelques jours sur fond de légère culpabilité je vais noter sur une feuille de papier tous les hommes que je me souviens avoir aimés avec mon corps… je plafonne assez rapidement après un chiffre très honorable de presque 40. presque.

je suis étonnée… si on m’avait demandé, et on l’a fait quelques fois, j’aurais répondu que j’ai connu plus de 50 hommes, mais beaucoup moins de 100, sans pouvoir dire exactement combien, et puis zut, bien heureusement me dis-je, je ne suis pas là pour compter (voyez comme on retrouve la même argumentation tout à coup!), car comme tout le monde le sait, quand on aime…

mais j’aimerais (en fait la jeune fille que je porte toujours en moi aimerait) pouvoir me souvenir de tous les hommes dans les bras desquels j’ai passé quelques instants, heures, nuits… puis force m’a été d’admettre que je ne me souviens que des extrêmes: ceux qui m’ont plus jusqu’au vertige, et ceux qui m’ont déplus jusqu’à la nausée – je précise que « la nausée » peut être due simplement à leur comportement relationnel: je pense en particulier à l’un de mes premiers amants qui me jurait ses grands dieux qu’il m’aimait à la folie et rompait avec moi toutes les semaines. ce fut douloureux deux semaines, je l’ai envoyé paître la troisième… donc, je ne me souviens que lorsque quelque chose de spécial s’est produit! c’est la conclusion à laquelle je suis arrivée après une semaine entière à essayer de me remémorer tout…

pendant ma phase d’endormissement je vais me souvenir de deux amants supplémentaires. puis plus rien… plusieurs jours de suite, rien ne m’est revenu, j’ai eu beau me triturer…

je croyais donc y être parvenue et j’étais prête à chanter l’hallelujah de haendel quand…

aujourd’hui sur mon plus ancien site de rencontres… (explication: généralement j’écume un site de rencontre pendant un ou deux ans, parfois trois, rarement quatre, suite de quoi je me désinscris, et sayonara! sauf un! nous parlons donc de ce lui là, vieux copain libertin des premières heures!)

sur ce site de rencontre, donc, j’ai eu une petite conversation atypique:

lui: salut, tu te souviens de moi?

je regarde la photo du profil: oui… j’ai déjà vu ce visage, mais j’ai pris juste un verre avec tant et tant d’hommes… l’espoir est encore permis!

moi: euh vaguement…

lui: on s’était vus il y a quelques années à paris… ça te dit de me revoir?

moi, le coeur serré d’appréhension : on avait couché ensemble?

lui: oui.

moi, un peu mortifiée : tu peux me rafraîchir la mémoire s’il te plait?

après coup mon sentiment de mortification a évolué: à la fois je m’en veux, à la fois je ne m’en veux pas du tout.

je m’en veux parce que  j’aimerais vraiment pouvoir me souvenir de tous les hommes dans les bras desquels j’ai passé quelques instants, heures, nuits… c’est une sorte de respect envers moi-même, envers une des facettes de ma personnalité en particulier qui n’accepte pas que je puisse passer de « j’ai envie » à « je ne me souviens plus du tout de toi »…

et puis je ne m’en veux pas parce que finalement il se souvient bien de moi, lui. et en plus il a envie de me revoir! preuve s’il en est que je lui ai été aimable. si je ne me souviens plus de lui je n’y vois qu’une seule raison: au mieux je me suis ennuyée dans ses bras, au pire j’ai détesté ses bras. je regarde donc son album photo de plus près, et oui, ça me revient, il me semble bien avoir connu ses bras, et n’avoir pas aimé du tout m’y retrouver! il est pourtant plutôt mignon, brun aux yeux verts, plutôt mince, charmant. mais le sexe n’est pas une affaire d’apparences!

j’en étais là, partagée entre la culpabilité et un salvateur je m’en foutisme (je m’en branlisme, même…) quand il m’est revenu à la mémoire mon épisode dans les bras de b, dernier épisode désagréable de mes rencontres, moment jusqu’ici dont je déteste le souvenir, souvenir de cet innommable idiot qui refusa de jouir dans mes bras, et je me suis dit: …oh dieu, alors j’oublierai aussi b, un jour?

merci!

Publicités

2 réflexions sur “se souvenir de ses amants…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s