livre-v, e-book: Matthieu et Paul – partie V

si tu ne fais pas de pub pour ton blog, me dit d, personne ne viendra. je n’ai pas envie de faire de pub, fais-je. mais tu sais, le bouche à oreilles peut suffire. sauf que… ben là ça fait un mois que je publie un bout de mon livre chaque semaine et je pense que mon expérience peut s’arrêter là. ça ne change rien. vous pouvez toujours organiser un mouvement de protestation en commentant sous cet article. quoi qu’il en soit, en cadeau les quelques lignes qui suivent, juste pour ne pas trop vous tenir en haleine… quoi que, si, sans doute un peu quand même.
pour info je suis en train de faire publier ce livre, vous pourrez l’acheter si vraiment vous ne pouvez pas vous passer de la suite. bonne dernière lecture!

suite de:

https://petitphoenix.wordpress.com/2013/02/19/livre-v-e-book-matthieu-et-paul-partie-iv/

(…)

Puis, ses bras solidement attachés autour de moi, je l’ai senti se raidir, paralysé par les possibilités d’intimité qui s’ouvraient à nous. Je me suis pelotonnée contre lui, la tête dans le creux de son cou, et je me suis laissée glisser doucement sur lui.

Il a fermé les yeux en murmurant :

– Oh mon dieu…

Je n’ai pas bougé. Je n’en avais nul besoin. Dans cette position je devais presque me retenir pour ne pas jouir déjà. Enfin, il était mon amant ! Je l’avais tant attendu ! Je suis restée sur lui sans bouger, ainsi, de longues minutes, à l’embrasser tendrement, jusqu’à ce que le souffle lui revienne. Alors sans quitter mes yeux des siens, il a pris appui contre le mur, s’est agenouillé, m’a posée sur la moquette avec douceur, sans rompre une seconde notre contact. Dès la première pénétration, le plaisir m’a envahie, presque surprise, et il m’a faite jouir en quelques secondes. Mes gémissements se sont mêlés de douleur, alors, il s’est arrêté et m’a sondée du regard avec tendresse, un léger sourire flottant sur ses lèvres rougies et humides de mes baisers.

– Tu veux que j’arrête ? A-t-il murmuré.

J’ai secoué la tête.

– Non, prend moi, s’il te plait…

J’avais encore les oreilles bourdonnantes et les yeux mouillés par la violence de mon orgasme, mais je voulais assister au sien. Je voulais le frottement de sa peau contre la mienne, longtemps, je voulais même l’irritation, le plaisir mêlé de douleur que provoquait son sexe en moi maintenant que j’avais joui.

(à suivre donc…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s