casting2: le retour de la mort qui tue…

dyn006_original_400_259_pjpeg_2520752_577b9e9a5efca261295390f808a10a56

j’ai rencontré un de mes contacts, rencontre prévue depuis longtemps. l’homme m’avait dit: tu verras quand tu auras goûté à l’amour dans mes bras, tu ne voudras plus personne d’autre. ok, je demande à voir. je ne suis pas contre du tout de m’attacher, et d’en venir à ne vouloir que toi toi toi, mais encore faut-il que ça arrive, et sérieusement, je me sens un peu blasée par mon expérience passée pour espérer que cet évènement arrive.

nous nous sommes rencontrés pour une balade, juste pour faire connaissance. nous avons longuement parlé, il est charmant, intelligent, cultivé, attentionné, et réservé, tout ce que j’aime. au détour d’un chemin je m’arrête, pose mon sac sur un muret, attrape sa main et l’attire à moi. il vient timidement, m’enlace et me tient contre lui quelques secondes. il sent bon et j’aime la sensation de ses mains sur moi.

peu à peu il s’enhardit, m’embrasse… délicieusement. je me sens troublée, et mouille ma culotte. c’est dit, je le veux. nous rentrons.

ceci dit, l’homme est marié, et professionnellement en dehors du fait qu’il est over-booké, il est en pleine réorientation. il m’avertit donc aussitôt qu’il n’aura pas toujours le temps de me voir, et que ce que je pourrai espérer de mieux ce sera un rendez-vous tous les mois. je commence à me dire que ce monsieur a les yeux plus gros que le ventre, parce qu’à un rendez-vous par mois je ne vois pas bien comment il arrivera à me « fidéliser »…

c’était imprévu… j’étais chez moi, au réveil, le téléphone sonne, je réponds, c’est moi me dit-il… on bavarde, il me demande ce que je fais, suis au lit dis-je, je me réveille, il était 10h du matin, même pas, autant dire les aurores pour moi (ce qui en somme est assez exact parce qu’en fait en plein milieu du mois de janvier, 9H30/10h CE SONT les aurores pour le soleil AUSSI!). et que comptes-tu faire aujourd’hui, ajoute-t-il, me masturber une ou deux fois, fais-je, puis continuer à décorer l’intérieur de ma maison…

j’entends un hoquet d’estomaqueté, d’estomacation, d’estomacude, ou d’estomaquage comme vous voudrez. puis il rit, et me dit, tu sais, il y a des choses bien plus intéressantes que nous pourrions faire tous les deux, si tu veux. quoi donc? demande-je. je suis libre cet après-midi, veux-tu que nous nous voyions? aussitôt dit, aussitôt fait, me voilà sous la douche, à sauter dans mes sous-vêtements sexy, et hop dans la voiture!

je le rejoins à la gare, on a pris du retard sur le programme parce que monsieur met à 3 plombes à arriver, on file à l’hôtel le plus proche, il est intimidé par le « vous prendrez le petit déjeuner? » de l’hôtelier. je ris sous cape. genre le mec il n’a pas compris que ces deux personnes, là, dont l’une a l’air coupable, et qui portent toutes les deux des alliances, sont des amants? genre il bosse dans un hôtel et il a pas encore profilé sa clientèle?

non, fais-je, je prends les clefs et on y va. le début est hasardeux, on s’emboîte tout de même, et c’est plutôt agréable. on recommence deux fois, puis l’heure de partir arrive, nous nous douchons, et à la façon dont il m’attrape en permanence sous la douche, je comprends qu’il n’a pas eu assez de moi. qu’importe, c’est lui qui est pris, pressé, pas libre, qu’il en paye le prix.

nous partons, je le dépose à la gare, et il me dit: ce ne sera pas trop dur d’attendre un mois pour me revoir? je lui réponds que qui vivra verra, et que je ferai en fonction de l’humeur au moment M. si c’est trop dur j’arrêterai, si c’est agréable je continuerai, si c’est très agréable je ne suis pas contre la fidélisation. mais j’en doute. parce que monsieur, dis-je encore, ce que nous avons fait cet après-midi j’ai besoin de le faire souvent, bien plus souvent que juste une fois par mois.

je vois bien qu’il est un peu déçu par ma réponse. je sais à ce qu’il m’a dit et à ses réactions à chacune de nos conversations qu’il est partagé, me concernant, entre l’envie de m’investir totalement, et le découragement de me savoir si amoureuse de ma liberté, et si gourmande de sexe qu’il désiste à me satisfaire. mais enfin, je ne vais pas décider pour lui, il m’a choisie que je sache, à lui de trouver sa solution me concernant.

je lui envoie à mon arrivée le petit mot que j’envoie toujours à mes amants, suis bien arrivée, merci de ton temps, j’espère te revoir très vite, j’espère que tu es bien rentré aussi. pas de nouvelle. étonnamment ça me laisse COM-PLE-TE-MENT froide. je laisse tomber.

quelques jours plus tard, je le vois en ligne, et de façon totalement malicieuse (au sens « méchant ») je le contacte, pour voir. pas de réponse. il se déconnecte. je ris sous cape. quelques minutes plus tard il m’envoie un sms: je suis en réunion, je te parlerai plus tard, excuse-moi. ok. je suis surprise, mais bon, pourquoi pas. je me mets hors ligne, mais je reste là. quelques secondes plus tard il réapparaît, et restera connecté aussi longtemps que je serai là. je ne l’ai pas fliqué, je suis partie au bout de 30min, quand mon correspondant se déconnectait.

je change mon profil sur le site de rencontres quelques jours plus tard. le lendemain il m’appelle. alors, tu changes ton profil, tu cherches d’autres amants? je ris. tu es jaloux? pas du tout, répond-t-il. mais si, avoue que tu es jaloux…! il ne répond rien. je lui explique mon envie de nouveauté en ce début d’année, et je lui assure que s’il a du temps, je désire toujours le revoir. rassuré nous raccrochons. plus de nouvelle depuis.

bon… que dire?

une chose est sûre, ce n’est pas ainsi qu’il arrivera à me « fidéliser ».  si le sexe entre nous s’améliore, tout au plus deviendra-t-il mon plan cul. et encore faut-il que nous nous revoyions, parce que son comportement est on ne peut plus perturbant. je n’arrive pas à comprendre ses silences. pour moi le silence est et restera toujours une preuve d’indifférence. et partant de là, je ne vois pas pourquoi je remplirais un panier percé.

si comme mon amant vous vous demandez comment diantre fidéliser votre amant(e), j’ai une réponse toute simple à vous donner: demandez-lui ce qu’il (elle) veut. simplement. demandez-lui ce qu’il (elle) attend d’une relation d’amant, et donnez-le lui! je veux bien plus d’attention (coups de fil, lettres) qu’il ne m’en donne, et bien plus de sexe (plus fréquemment et bien plus que juste deux fois dans l’après-midi) qu’il ne m’en donne. il est évident que sur cette base j’irai chercher le surplus ailleurs…

à suivre…

Publicités

Une réflexion sur “casting2: le retour de la mort qui tue…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s