pourquoi les moches me filent toujours des râteaux?!!!

à une époque où vous ne me connaissiez pas encore, je me suis posé cette question. parce que je rencontrais déjà des hommes pour du sexe, et parce que déjà, ce fait se vérifiait toujours!

quand on n’arrive pas à trouver un mec pour baiser, qu’est-ce qu’on fait? généralement on baisse ses critères de rencontre, non? eh bien la vie m’a appris une leçon difficile à croire! il ne faut pas faire ça!

à chaque fois que j’ai pris sur moi, que je me suis dit « écoute, sois pas si difficile, si compliquée, dans la vie si on a des citrons il faut apprendre à aimer la citronnade  » et à chaque fois que je suis allée à la rencontre d’un mec que je trouvais moyen-bof, que j’étais prête à faire un effort au départ (je dis bien au départ) pour faire connaissance avec lui, sachant que je m’attache très facilement et très rapidement aux gens, à chaque fois…

je me suis pris un mémorable coup de pied au cul!

et à chaque fois que j’ai rencontré un mec trop beau pour être vrai, du genre que je me disais « mais jamais ce mec ne va se retourner sur moi! », j’ai eu la surprise de le voir trembler de désir, et me sauter dessus!

au départ je me suis dit que les moches étaient complexés, et qu’à cause de leur complexe ils préféraient mordre avant d’être mordus. ça peut expliquer leur réaction…

aujourd’hui je pense que ça ne tient pas à ça. aujourd’hui je crois que mon désir se lit dans mes yeux, et que c’est simplement pour ça que les premiers me rejettent (pas de désir) et que les seconds me sautent dessus!

je ne vois pas d’autre moyen d’expliquer la chose, parce qu’en toute honnêteté, je suis moyenne question beauté… rien qui explique que les moches me rejettent (ok, je suis pas un canon mais quand même) et que les canons me sautent dessus (je suis pas moche mais restons lucide!).

tout ça pour dire que quand je dis que mon amant est magnifique… il est magnifique!

voilà un petit monologue complètement inintéressant de une heure zéro quatre du matin, enfin bon, inintéressant ça dépend pour qui je suppose…

Publicités

7 réflexions sur “pourquoi les moches me filent toujours des râteaux?!!!

  1.  » je crois que mon désir se lit dans mes yeux, et que c’est simplement pour ça que les premiers me rejettent (pas de désir) et que les seconds me sautent dessus!  »

    C’est vrai mais ça a aussi beaucoup à voir avec le « complexe du moche » comme tu dis. Soyons clairs, le problème du moche, c’est pas qu’il soit moche, c’est qu’il se sente moche. Et quand on se sent moche, on n’est pas en confiance avec soi, et quand on n’est pas en confiance avec soi on ne peut pas désirer « correctement » (au sens large souvent, pas seulement au sens du désir amoureux), et du coup le désir de l’autre fait peur, d’où le râteau 🙂

    Quand on n’est pas en confiance avec soi on est dans une situation d’insécurité affective, on cherche à séduire pour se rassurer mais quand on y arrive et qu’on déclenche un désir chez l’autre on sait immédiatement que la réponse dont on a besoin n’est pas celle la et on le fait savoir en général assez brutalement. Le problème dans ce cas n’est pas tant l’apparition du désir mais le fait qu’il apparaisse seul et avant toute forme d’affection ou d’attachement.
    Pour pouvoir vivre un désir et chercher à le satisfaire aussi simplement que tu le fais, il faut que son équilibre affectif soit déjà en place (avoir un conjoint qui nous aime par exemple, mais il y a d’autres réponses).
    Il faut aussi que le besoin d’attachement soit satisfait, il doit y avoir quelque chose quelque part qui nous ancre dans la durée, ça peut aussi être un conjoint, mais ça peut être un sentiment d’appartenance à un groupe ou plein d’autres choses. L’important est que quelque chose en nous ou autour de nous nous rassure face à l’inconnu du lendemain, que l’on sache en soi que quoiqu’il arrive ce quelque chose que l’on connait sera encore présent, ça passe souvent par nos relations sociales, affectives, amoureuses ou autres, mais pas nécessairement, une construction personnelle résistante et résiliente peux suffire, on sait que l’on se retrouvera soi quoiqu’il arrive.
    A l’inverse l’équilibre affectif ne se mettre en place si l’on est totalement solitaire, mais il ne doit pas dépendre d’un conjoint seulement, on a besoin de toutes sortes de relations pour trouver cet équilibre et faire porter la totale responsabilité de cela à son seul conjoint est à la fois injuste et irréaliste. On rejoint la question de l’autonomie déjà souvent évoquée 🙂
    Tant que l’on n’a pas intégré et mis en place cela dans sa vie et dans sa conscience, on vit le désir en tant que manque, on est dans la recherche fallacieuse de « sa moitié » et on reproche à l’autre ses propres vides… Et on est incapable de vivre le désir comme quelque chose qui exulte de la façon dont tu le vis toi.

    La situation est (très) fréquente et largement entretenue et favorisée par le mythe de la relation amoureuse exclusive, unique et suffisante (voire rédemptrice…) qui pourrait combler tout nos besoins de tous ordres et nous assurer à elle seule notre propre équilibre. Mythe totalement intégré et entretenu dans la culture occidentale et judéo-chrétienne qui nous éduque et par forcement innocemment ou par simple poids culturel historique. C’est aussi une formidable façon d’entretenir le sentiment de peur, d’insécurité et de dépendance à l’autre si utile à toutes sortes de pouvoirs (politiques, religieux, économiques et autres) et de limiter la mise en place de vraies autonomies personnelles si dangereuses pour ces mêmes pouvoirs…

    La défense du libre désir comme combat social et politique 🙂

    Pour en revenir au « moche », si tu veux ne pas l’effrayer avec ton désir il faut prendre le temps de le rassurer affectivement et de l’apprivoiser, sauf que quand tu cherches un mec pour baiser tu n’est pas vraiment la pour ça…

  2. je suis complètement d’accord avec toi, d’ailleurs ton commentaire rejoint mon article « l’amour libre n’est pas une invention des années 68 » (https://petitphoenix.wordpress.com/2011/06/01/lamour-libre-nest-pas-une-invention-des-annees-68/).

    le professeur qui a écrit l’article sur lequel je me suis appuyée le dit clairement: l’exclusivité et la domination d’un homme sur sa femme étaient un moyen obligatoire pour imposer le christianisme (la domination d’un dieu unique) et la domination d’un pouvoir central unique: à l’époque le roi, aujourd’hui le président « élu ».

    et oui, je suis d’accord avec toi, penser librement casse toute la construction psychologique qui fait tenir les sociétés modernes (telles qu’elles existent) debout. or ce schéma de société n’est pas le seul, les indiens d’amérique vivaient en société, leurs sociétés étaient harmonieuses, moins destructrices que les nôtres, et à leur façon, hiérarchisées aussi.

    oui encore, je fais peur. la liberté fait peur, et le vent de liberté que j’emmène avec moi dans mes rencontres glace l’immense majorité des hommes que je vois, et pas seulement les moches.

    oui enfin, pour rencontrer, que ce soit pour aimer ou pour baiser, il faut avoir quelque chose à donner, avant d’espérer prendre quoi que ce soit.

    tope là, l’ami! o/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s