tu veux ou tu ne veux pas…? (k se termine…)

f33b4197

(in english at the end)

.

l’affaire K, épilogue:

depuis notre dernier rapport (je parle d’un rapport papier, un dossier quoi!) k a appelé, plusieurs fois, je l’ai évité quelques fois, et finalement très décidé la semaine dernière (il a du sentir que j’avais l’intention de coucher ailleurs) il a insisté pour qu’on se voie. ok, après tout, me suis-je dit, qu’ai-je à perdre, parfois le poisson se débat beaucoup, et une fois dans l’épuisette on le découvre bien gros et gras, et surtout décidé à se laisser dévorer.

soit…

jeudi dernier je rencontre k, dans une petite ville de banlieue, la nuit, morose, pas gaie… en plus il pleuvait, franchement j’avais autant envie de sortir que de m’écorcher le bras gauche, mais bon, la curiosité l’a emporté. j’arrive au lieu du rv, k appelle, je viens d’arriver, tu es là? oui je suis là… on se rejoint.

soupir. ok, c’est vrai, il est comme sur les photos, mais je pensais qu’il avait… qu’il aurait… ce petit quelque chose qui fait qu’un mec moche peut être très beau. on va dire qu’il a un genre de beauté intéressant… on va surtout se rappeler que ce n’était pas son physique qui me plaisait au départ, on s’entendait plutôt bien, avant qu’il ne découvre le jeu du chat et de la souris.

qu’importe, me dis-je, maintenant que je suis là, je n’ai aucune envie de m’ennuyer! on se pose dans un resto, on commande, on bavarde, mon naturel (séductrice) revient au galop. je retrouve le k d’avant, mieux même, je m’amuse, et on décide de se prendre une chambre d’hôtel, là, tout de suite, pas pour baiser, juste pour être entre 4 yeux dès fois que j’ai envie de le toucher, vu que monsieur, parano d’être infidèle, ne se laisse pas approcher en public. mais par contre, sur la table, il me tient la main, me caresse la paume, et  ça commence même à décoller, quand… son téléphone sonne.

je vous la fais courte: son téléphone ne va plus cesser de sonner. dans le lot, de ce qu’il m’aura rapporté, parce qu’il ne me dira pas toujours qui vient de l’appeler, il y aura sa mère (si si) et ses collègues de travail (je précise que nous avions rv à 20h et qu’on s’est quittés à 23h, je vous laisse deviner quel genre de mec décroche quand son boulot appelle après 20h alors qu’il tient dans la sienne la main de sa future maîtresse).

réponse à la question précédente: le genre de mecs qui n’ont pas de vie de sociale. parce que franchement, rester 2h toute seule devant son assiette parce que son partenaire est sorti pour parler plus librement à sa mère, puis à ses camarades de boulot… déjà que je lui en voulais pour pas mal de choses… ça m’a sérieusement refroidie. et je n’ai même pas eu le loisir de réfléchir à (comprendre « revenir sur ») ma décision de passer la nuit à l’hôtel avec lui. d’ailleurs en parlant d’hôtel, puisque mon assiette est vide, il décide de lever le camp.

c’est là qu’après un énième coup de fil pendant lequel j’ai attendu 20min dans la voiture, il me rejoint et me dit… attendez la suite… tenez-vous bien… tout le monde a sa ceinture…?

k:  je suis désolé, mais j’ai un gros problème à mon travail, apparemment mes collègues ne peuvent pas s’en sortir, alors je vais devoir y aller.

et il ajoute avec un petit sourire contrit:  je n’aurais pas du répondre à mon téléphone ce soir…

non? tu crois?

je lui réponds qu’il n’y a pas de souci (le blizzard soufflait déjà dans ma culotte de toute façon, et l’un dans l’autre, j’en étais à ne plus tant regretter que son travail l’accapare), et j’ajoute que ce n’est que partie remise (ouh la menteuse! et elle n’est même pas amoureuse!)

là-dessus, monsieur se pourlèche les lèvres avant de m’embrasser sur la bouche.

alors, pause deux secondes, parce qu’il faut savoir avant de continuer qu’il y a une chose que je déteste par dessus tout question sexe, c’est quand on se lèche les lèvres et qu’on vient me coller deux limaces bien visqueuses sur la bouche! donc, reprenons là où nous en étions:

limace

je reçois son baiser avec courtoisie, et je suis totalement incapable d’y répondre (notez le style ferme et flegmatique de ma prose, et recevez l’assurance qu’il est l’exact reflet de mon état d’esprit au moment M). et pendant que ce film se déroule dans la réalité, dans ma tête je m’imagine à l’hôtel, coincée avec ces deux limaces que je ne peux décemment pas décoller de mes lèvres sans devenir indélicate, et me fâcher tout à fait avec leur propriétaire. parce que ce baiser est ce que j’espérais partager avec lui à l’hôtel ce soir là…

et là… je loue son travail!

les jeux sont faits, dit le croupier! monsieur se redresse, me souhaite une bonne nuit, sort de ma voiture, et pendant que je redémarre, je me dis dans ma tête que c’est la dernière fois que je le vois.

deux jours après sur le site de rencontre il me contacte pour me demander comment je l’ai trouvé, et je lui réponds « bien bien ».  il insiste lourdement, et j’en suis à me demander où je vais pouvoir puiser assez d’hypocrisie pour lui mentir quand le chat déraille, bug, et me sauve. en messagerie, même question. comment tu m’as trouvé? tu m’as trouvé bien, alors je te plais? il n’a plus que des demandes de compliments aux lèvres… deux fois j’ai pu lui échapper, invoquant des excuses quelconques. outre le fait qu’il contrarie mon désir de laisser mourir doucement notre relation, il me saoule à vouloir se servir de mes yeux pour mirer son orgueil! et ça ne me gênerait pas tant s’il avait pensé à m’en faire aussi, un peu, des compliments!

qu’importe. je joue l’anguille, chose que je fais très bien paraît-il. pendant quelques jours je n’ai plus eu de nouvelles, puis il m’a virée de sa liste de contacts sur le site où nous nous parlions. je m’en suis sentie à la fois surprise (il avait l’air finalement bien accroché) et soulagée. je pensais que k et moi c’était enfin de l’histoire ancienne, quand bizarrement ce soir, il m’envoie un sms où il me demande de le rappeler. j’ai levé les yeux au ciel: en fait il continuait juste la danse du « je veux ou je ne veux pas…? »

sauf que maintenant, il dansera tout seul. je fais la morte,
parce que moi, c’est sûr, je ne veux pas.

.

(The case K, epilogue:

Since our last report k called, several times, I avoided him several times, and finally very decided last week (he probably realized that I intended to have sex with someone else) he insisted so that we see each other. OK, after all, I said to myself, that was a good thing, because sometimes the fish struggles a lot, and once in the landing net you discover a very big and fat fish, and especially decided to be eaten.

So …

Last Thursday I meet k, in a town of suburb, at night, gloomy, not cheerful, and it rained, frankly I wanted to go out as much as skinning me the left arm, well, the curiosity was stronger.

I arrive at the place we decided to meet, k call, saying « I have just arrived, you are there? » Yes I am there, we join.

Sigh. OK, it’s true, he is as on the photos, but I thought that he had (he would have) this little something that makes an ugly guy sometimes very beautiful. Let’s say that he has an interesting kind of beauty, and remind that it was not his physical appearance which pleased me at first, before he discovers the cat and mouse play.

It does not matter, I thought, now that I am there, I do not want to be bored! We settle in a restaurant, we order, we talk, my nature (seducer) comes back at full speed. I remind the first k, better even, I have fun, and we decide to take at once an hotel room, there, not for sex, just to be between 4 eyes, in the case I want to hold him. Because mister parano K, affraid to be unfaithful, don’t allow me to approach him in public. But on the other hand, on the table, he holds my hand, cherishes me the palm, and that is becoming hotter and hotter, when his I-phone rings.

brievly:  his I-phone is not going to stop ringing any more. He will few bringht back to me, because he will not always let me know who has just called him, that was his mother and then his working colleagues (I specify that we had rv at 8 pm and that we left at 11 pm, I let you guess what kind of guy’s drops out when his job calls up after 8pm while he holds in his hand the hand of his future lover).

The answer to the previous question: the kind of guys’ who has no life. Because frankly, staying alone 2 hours long in front of my plate because my partner went out to speak more freely to his mother, then to his working collegues… I already was upset because of his previous behavior, that seriously cooled me down.

And I even didn’t think about (understand « change my mind on ») my decision to spend the night in the hotel with him. About the hotel, because my plate is empty, he decides to go.

At this time the last phone call arrived, during which I waited 20min in the car, and after which he joined me and said to me… hold on… please, has everybody his sitt-belt?

K: I am sorry, but I have a big problem at my work, apparently my colleagues cannot manage out there, then I am going to leave and go there…

And he added with a small contrite smile: I should not have answered to my calls this evening …

No? Do you really think so?

I answered that there is no problem (the blizzard already blew in my panties anyway, and all in all, I both had no regret any more about his work wich monopolizes him), and I added that we would see each other nex time (oh the liar! And she is not in love!)

At this moment, mister K licks his lips before kissing me on the mouth.

OK, stop two seconds, because it is necessary to know before continuing that there is one thing that I hate above all concerning sex, it is when a man licks his lips and when he sticks me two very viscous slugs on the mouth! Thus, let us go on from where we were :

I receive his kiss with courtesy. And I am totally inable to answer it (please note the firm and phlegmatic style of my prose, and receive the insurance that it is the exact reflection of my state of mind at the moment M). And while this movie takes place in the reality, in my head I was imagining myself in the hotel, clamped with these two slugs which I cannot decently unstick from my lips without becoming tactless, and irritating me completely with their owner. Because this kiss was what I hoped to share with him to the hotel this evening …

And there I praised his work!

Game, set and match! Mister k recovered, wished me a good night, went out of my car, and while I restarted the motor, I thought to myself that it was the last time I see him.

Two days later on the site where we met he contacted me, asking me how I found him, and I answered « very kind ». He insisted heavily, and I was wondering where I was going find enough hypocrisy to lie to him when the chat bugs (bugged?), and saved me. In messaging, he asked the same question. « How did you find me? You found me cute, then I pleased you? » Except saliva, he had nothing else but requests of compliments on his lips. Twice I was able to escape, calling upon any excuses. Besides the fact that he opposed my desire of letting our relationship die slowly, he intoxicated me by using my eyes as a mirror for his pride! And that would not have bother me so much if he had thought about making to me also one little compliment!

no matter. I played eel, the thing that I do very well it appears. Hanging a few days I no more had news about him, then he fired me of his list of contacts on the site where we spoked together. I felt at the same time surprised (he finally seemed to be well hung on) and relieved. I thought that k and I was finally over, when strangely this evening, just now, he sent me a SMS asking me to call him back.

I raised the eyes to heaven: in fact he was just continuing the dance of « I want or I don’t? »

Except for now, he will dance all alone. I will play dead, because I, it is hardly sure, I do not want him.

ps: automatic translation, please forgive the mistakes.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s