tu veux ou tu ne veux pas…?

ça faisait longtemps que je n’avais pas joué à ce jeu… un peu stupide, des hommes (et femmes aussi en fait) mariés qui se pensent l’envie de tromper leur partenaires et qui en fait… ne le feront jamais.

ça fait juste 4 mois que j’ai décidé de reprendre les rencontres. pour ceux qui ne me connaissent pas, en fait je prends toujours mon temps. je prends le temps d’être d’accord avec mon chéri, le temps de trouver la bonne personne, le temps d’organiser parfaitement la rencontre. au final, voilà, ça fait 4 mois et toujours pas d’amant dans mon lit.

mais depuis deux mois les choix que j’ai faits sont responsables de mon attente: les hommes qui m’ont plu ont d’abord commencé par pousser à la charrue, avant de freiner des 4 fers pour enfin disparaître sans laisser de nouvelles ou l’option minus-nullissimus: prétexter un emploi du temps trop serré pour chater, téléphoner, écrire, etc.

j’ai déjà vécu ce genre de relations et jusque là il est vrai je laissais ces mufles occuper mon esprit, mon temps, attendant qu’enfin ils se décident. finalement cette petite pause que je me octroyée loin du monde des rencontres sexuelles m’a fait beaucoup de bien: je suis devenue… indulgente? insouciante? impassible?

blasée.

je demande une fois, et si on ne me donne pas la réponse que j’attends, je passe à autre chose.

exemple:

mon petit k ne m’avait pas laissé une seule seconde de répit la première semaine. chaque jour il fallait que je lui parle, qu’on chatte, qu’on s’appelle, qu’il m’écrive, bref, il semblait que les journées n’aient pas assez d’heures pour qu’il soit en contact avec moi, et en même temps ses rancoeurs envers sa femme, les conflits de son couple, tout ça me laissait penser qu’il avait envie de fuir son quotidien, et il n’arrêtait pas de me dire qu’il était décidé, sûr de sûr, il voulait une aventure!

semaine suivante:

k: tu n’as pas de chance, tu es tombée sur la semaine chargée de mon boulot. une semaine sur deux je n’ai pas le temps de respirer.

moi: c’est pas grave, ça s’arrête quand? on s’appellera à ce moment là…

k: lundi.

moi: ok, alors disons qu’on s’appelle mardi. bon courage!

semaine suivante:

mardi: pas de nouvelles.

mercredi: un petit message pour me dire que je ne devinerai pas son prénom… (en fait si, sans le faire exprès j’ai deviné en deux coups)

jeudi: rien

vendredi : un petit message pour dire que je n’ai pas de chance, que l’on se connecte toujours quand l’autre n’est pas là… (à vrai dire je me suis connectée un coup où il était là, je n’ai rien dit, j’ai attendu pour voir comment il réagissait: deux minutes plus tard il n’était plus en ligne… non je n’ai rien dit. c’était un test, voilà tout.)

samedi : rien

dimanche: je t’appelle lundi.

et c’était sa semaine cool.

de mon côté:

mercredi j’ai renoncé. c’est bon, on va pas me la faire, pas à 40 piges. s’il ne veut pas baiser c’est son problème, s’il a des problèmes à la maison, c’est son problème, s’il a des problèmes dans sa petite tête, c’est son problème. je veux dire que je suis très empathique, mais encore faut-il communiquer et ne pas me prendre pour une dinde. donc pendant que monsieur tergiversait avec lui-même, moi j’ai continué à parler avec mes autres contacts sur le site. deux jours plus tard j’avais RV avec un autre homme, et quatre jours plus tard avec un second. j’aime avoir le choix.

alors k va m’appeler lundi. et mercredi je vois p. je suis presque sûre de ce qui va se passer au téléphone avec k, il va protester ses grands dieux, m’assurer encore que… mais à présent la priorité est passée entre les mains de p. quand p dit qu’il appelle, il appelle. il ne me parle pas de sa maison, de son boulot, il me dit « je suis dispo à telle heure », et il l’est. il m’a demandé mon temps pour mercredi, il m’a avertie qu’il ne resterait pas longtemps, il veut seulement prendre un verre et faire connaissance. ça s’appelle mettre cartes sur table.

je vais laisser k s’embourber dans ses mensonges, je ne dirai rien – je ne suis pas sa mère. et je rencontrerai p, on sera probablement amants bien avant que k se rende compte que j’ai déjà retiré mes billes.

quand on dit qu’un des avantages de l’infidélité ce sont les surprises qu’elle suscite, certains semblent n’avoir envie de cultiver que les mauvaises…

Publicités

2 réflexions sur “tu veux ou tu ne veux pas…?

  1. I’m impressed, I need to say. Actually not often do I encounter a weblog that’s both educative and entertaining, and let me tell you, you’ve hit the nail on the head. Your concept is excellent; the problem is one thing that not enough persons are talking intelligently about. I am very completely satisfied that I stumbled throughout this in my search for something referring to this.

    • thanks for your comment, I’m happy you appreciate my experiments. I think that receiving silently an advice deprives nothing of its value. Nevertheless I’m happy to read you. I hope I’ll see you soon on my blog. (Even silently! 😉 )
      pp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s