ahhh… nawel, nawel!

cette année je me la joue flemme. je vais laisser un autre blogueur vous traduire en mots ce que je pense de cette « fête », il le dit si bien…

http://pascalherault.blogspot.com/2009/12/le-pere-noel-aux-ordures.html

j’y ajouterais ceci: c’est facile de « blabla blabla… » encore faut-il passer à l’action!

je ne fête plus noel depuis longtemps. cette « fête » me reste vraiment en travers du gosier. je me plie encore parfois aux rites familiaux (parce qu’on insiste, parce que mes proches ne comprennent pas, comme s’il fallait sortir de harvard pour comprendre à quel point cette « fête » est débectante).

je dirais juste ça: parler c’est bien, agir c’est mieux. j’essaie donc d’agir, de ne pas faire, pas participer, pas en rajouter.

et à ce propos, chaque année j’entends parler de, ou je suis invitée à des partouzes de noel. partouze de noel… y’a rien qui vous choque là-dedans?

dans quel état d’esprit il faut être,exactement, pour avoir envie de s’organiser (donc prévoir assez longtemps à l’avance en plus) une partouze de noel?

ils n’ont donc pas de famille? d’amis? de proches? ils espèrent donc que beaucoup d’entre nous sont comme eux, sans projet pour le 24 décembre? et quand bien même, comment peut-on avoir envie d’autre chose qu’une bonne soupe chaude, une couette, et un bon film à regarder? je trouve noel tellement déprimant que je suis incapable de prévoir autre chose qu’un remontant pour ce soir là…

ou encore, ces gens ont peut-être le sexe triste? vous savez, c’est comme l’alcool, et pas mal d’autres choses. y’a des gens qui font les choses parce qu’ils en ont envie (moi), d’autres qui les font pour s’occuper l’esprit, ne pas déprimer, et partant de là, ils ont l’alcool triste, le sexe triste, tout de triste, jusqu’à leur érection.

et si on arrêtait de faire semblant une seconde, une seule seconde, pour respirer, et être authentique?

si on admettait une bonne fois pour toutes qu’on n’a PAS ENVIE de fêter noel? qu’on aimerait la paix, la vraie, pas celle qu’on dit avec la bouche, tout en engueulant la caissière du supermarché, en arrachant le dernier jouet des mains d’un gamin de 4 ans, en courant acheter n’importe quoi, pourvu qu’on ait quelque chose à offrir à tout le monde, et surtout à des gens dont, au fond, on ne se soucie pas.

la paix…

non…?

ps: si vous pouviez éviter de tuer un sapin pour ce noel, avec ma reconnaissance sincère…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s