soirée BDSM

hier soir je suis allée en club BDSM avec 4 amies. oui, le fantasme de tout libertin accro aux clubs, 5 femmes seules, surexcitées, et prêtes à faire la fête! court vêtues, bien entendu… les tétons dépassaient parfois, mais qu’importe!
rendez-vous dans un bar à proximité où je bois mon seul verre de la soirée (à la fois pour raison de santé – pas bon pour l’estomac si on l’a fragile comme moi – et parce que l’alcool m’endort, ce serait dommage tout de même!). j’ai dû montrer mon ventre et un ou deux tétons en me rhabillant… pas grave… l’alcool aidant, nous sommes déjà surexcitées, parlons trop fort… hum…
hop, on décolle!
nous voilà sur place. la boite est assez petite et son nom est riche de promesses… cris et chuchottements… ah…
en partant j’ai eu du mal à laisser ma cravache à la maison. et je suis bien décidée à trouver un soumis à battre copieusement.
oui, je suis comme ça, moi. je cache mal mes instincts sadiques.
la taille de la boite y aidant, nous faisons connaissance avec nos voisins, et ma voisine me promet que je pourrai cravacher son soumis si l’envie m’en prend. oui, oui, oui, oui, oui!
nous visitons – très intéressant – je fais connaissance avec une charmante libertine, et au milieu de la nuit, entre deux bouchées du délicieux buffet, j’ai pu me faire les armes sur deux dos consentants. ça n’a pas été facile, et c’est encore moins facile de vous dire ce qu’on ressent quand enfin, on peut massacrer un petit dos…
ça fait bizarre…
après la séance j’ai appelé mon chéri, qui est venu me chercher. oui, je suis comme ça, moi, j’ai un chauffeur à disposition. et non, en réponse à une de mes amies, je n’avais pas la permission de 2h. mon chéri a été le premier étonné que je (l’appelle) reparte si tôt.
au niveau du vécu, la pratique du SM demandera à ce que je réfléchisse encore.
j’ai eu une nuit agitée, mon cerveau n’a pas cessé de compulser les données que je lui avais fournies la veille.
soirée étonnante, intéressante, instructive donc.
c’est drôle d’apprendre dans son corps.
Publicités

2 réflexions sur “soirée BDSM

  1. en effet, ça a été plus perturbant pour moi que d\’aller en club "normal", ce qui s\’est passé sans prise de conscience d\’aucune sorte, ni crainte, ni réflexion. ça a été plus dur, cette fois… enfin, pour d\’autres raisons aussi, que j\’expliquerai dans un autre billet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s