aimer ou ne pas aimer, comme Ovide…

OvideArtdAimer
pour ceux qui nous rejoignent la situation est simple:
je suis en couple, mariée depuis longtemps, libertine depuis quelques années, et amoureuse d’un autre homme actuellement, homme que je peine à conquérir, aussi fort que j’essaie, ce qui me rend très malheureuse… une libertine, pour ne pas laisser de malentendu entre nous c’est une personne qui vit librement ses relations sans rien cacher à personne. de plus, ici, non seulement je ne cache rien à mon mari, mais en plus, il me soutient. voilà les faits.
de quoi allons-nous donc parler aujourd’hui?
d’amour!
aimer ou ne pas aimer, là est la question…!
je suis libertine et je donne parfois mon coeur en même temps que je donne mon corps. pour ceux qui connaissent le monde des libertins, ceci est un des plus gros tabous qui existe chez les amoureux des plaisirs du corps. la règle est simple : quand on baise, on n’aime pas.
à chaque fois que j’ai parlé de ma façon de gérer mes relations et ma vie de libertine aux libertins que j’ai rencontrés, la réaction a été unanime:
« quoi? tu aimes tes amants? ton mari accepte non seulement de te laisser baiser ailleurs, mais aussi de te laisser aimer ailleurs? non, c’est pas possible, personne n’aime ses amants, ça fait partie de la règle du jeu! »
un « libertin » est une personne qui cherchera à établir avec vous une « relation sans prise de tête ». vous voulez savoir ce que c’est? ça veut dire qu’il va profiter de votre corps, et vous dire bye bye! très égoïstement. oui. pourquoi? parce que pour un « libertin normal » (pas moi, donc) aimer est source de problème et de souffrance…
moi ça me semble extrêmement choquant comme prise de position. ça laisse penser qu’en fait, toute les personnes qui se retrouvent dans des clubs libertins et dans le monde du libertinage sont les éclopés de l’amour. des anciens combattants, réformés pour cause de handicap, si pas physique en tout cas mental. des être blessés au combat et paniquant à l’idée de se retrouver à nouveau sous l’épreuve du feu.
chers amis, vous avez devant vous un combattant en service.
je suis en service actif, très active d’ailleurs, et extrêmement fière de l’être!!!
pourquoi je vous dis ça?
parce que je sais très bien que parmis mes lecteurs, il y en a qui me lisent avec compassion, angoisse, pitié même peut-être, quand je parle de mon amant – celui que j’aime et qui n’est pas mon mari – quand je dis que je souffre, d’autant plus qu’il me repousse. je sais que vous me lisez avec condescendance, et que vous auriez PEUR d’être à ma place.
ce que vous ne savez pas, c’est que c’est vous qui me faites pitié.
toute personne incapable d’aimer me fait pitié.
aimer est la chose la plus incroyable, la plus intense, la plus forte, la plus vraie qui existe au monde. je vous le dis avec d’autant plus d’assurance que l’amour que j’ai vécu et inspiré jusqu’ici me conforte dans mes convictions. si je dois mourir demain, je voudrais emporter avec moi autant d’amour que possible, parce que les sentiments que l’on éprouve et ceux qu’on inspire aux autres sont les seules choses qu’on peut emporter avec soi dans son dernier voyage. les seules. c’est donc à mes yeux les seules choses qui aient de la valeur sur terre.
alors, bien sûr, ça fait souffrir aussi, parfois… bien sûr. mais rien de beau ne s’acquiert sans mal. et je suis prête à payer ce prix. et je ne demande pas qu’on ait pitié de moi quand je souffre par amour. je demande qu’on me console, qu’on m’enlace et qu’on me berce en me disant que ce n’est pas grave, que la prochaine fois, peut-être, sans doute, cela se passera mieux. et même si je suis déprimée d’avoir été rejetée, ne vous y trompez pas, ça ne m’empêche pas de garder en tête la juste mesure des choses: j’ai aimé. j’aime. et je n’éprouve pas d’estime pour ceux qui veulent traverser cette vie sans faire vibrer leur coeur.
quel est le rapport avec « l’art d’aimer » d’Ovide, alors, me direz-vous?
dans ce livre magnifique, merveilleux, instructif, surtout pour une libertine, Ovide donne plusieurs conseils pour ne pas s’attacher à son amant. des conseils très utiles et très efficaces, si si, je vous assure, d’expérience, tout ce qu’il y dit est exact (https://petitphoenix.wordpress.com/2013/06/01/comment-faire-pour-cesser-daimer/ ).
j’en étais là de mes réflexions:
tu souffres, tu devrais faire en sorte d’être moins attachée à ton amant qui ne deviendra jamais ton amant dans son corps… les moyens sont variés, tu as le choix… veux-tu le faire…? hum… non, je préfère ne pas avoir le contrôle de ce que je ressens. ça me permet de savoir si les sentiments que je ressens sont vrais. sincères, profonds, durables…
alors non, pas d’Ovide ce soir.
Publicités

5 réflexions sur “aimer ou ne pas aimer, comme Ovide…

  1. Mourir d\’amour c\’beau ! C\’bon ! Si on devait mourir demain ! eh toi qu\’es tu ferais ? Moi je t aimerais la la la . Bisous tout pleins euh poignée de main a ton mari ! . Je veux être un amant amoureux et souffrir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s