nuit libertine, nuit de folie… soirée folle folle folle!

donc j’arrive métro cadet, je sors, un jeune homme trop beau me tient la porte du métro, je cours, je passe, on échange un sourire (hum… trop canon!) et puis il repart. pendant que je tiens à mon tour la porte, il revient sur ses pas, achète des fleurs à un marchand ambulant, repart. trop canon je vous dis!!! elle a de la chance, la coquine qui l’attend! ah… la soirée commence bien!je sors, je pense que je vais voir un groupe de folles dingues, et déjà dans la rue, je souris comme une perdue!

j’étais l’avant-dernière, V. était déjà presque mariée à momo, et personne n’a cru que j’étais la grande inconnue de la soirée.

l’apéro leur avait déjà fait les joues et le nez rouges, ils parlaient tous trop fort, et sentaient la vinasse…
pardon je me trompe d’histoire!

on fait connaissance, à part les filles (V., B., et C.), je ne connais que m., et encore, c’est seulement parce que dernièrement il squatte mon blog, sans doute dans l’espoir de ramasser dans les couloirs de la rédaction une de mes petites culottes usagées afin de se faire des boules en or sur Adult FriendFinder. enfin au moins une, de boule…

je devais être accompagnée de 3 bogoss (oui ça s’écrit comme ça dans ces cas là), mais imaginez, personne n’est venu! ah si, un seul, qui a battu le record du monde du retard – ok, il avait ses raisons… quoi que – car attendu à 20h il est arrivé à… tenez-vous bien…
*roulement de tambour*

3h30 du matin, soit une heure et demie après notre départ du restaurant…!!!
(je vous en dirai plus et précisément dans un autre billet!)

donc, on rigole, l’ambiance tourne fatalement autour de nos histoires les plus glauques (va falloir que je fasse un billet sur les rencontres les plus glauques et les répliques les plus glauques, ainsi que les comportements les plus glauques… ah la laaa, que de rigolades – amères – en perspective!).

puis on parle des must aussi, des absents, de mon amant qui les rend toutes jalouses (bas les pattes, bande de morues a.ffâmées!), de mon mari qu’elles veulent me piquer (m’enfin, c’est une maladie ou quoi?) sans compter ma liste de favoris qui, je l’apprends, est à présent quotée en bourses (oui au pluriel, si ça ne vous la met pas, à vous, la puce, dans l’oreille).

l’apéro, convivial, le couscous, royal, les petits gâteaux du thé à la menthe en dessert, sans compter le passage du guitariste, avec l’accompagnement d’a., et celui de la danseuse du ventre!!!

alors là, la danseuse du ventre!!!
toute de rouge vêtue, des frous frous, des bling bling, impressionnant, bien entendu!
mais je danse mieux qu’elle, je danse mieux que V. aussi, mais j’ai voulu par pure charité chrétienne (crétine me direz-vous) laisser à l’une son métier et à l’autre ses illusions. oui, je sais, je suis généreuse et charitable, ça me perdra.

momo, adorable restaurateur passe régulièrement voir comment va sa future épouse (désireuse de ne pas payer l’addition, cette misérable V. avait décidé de vendre son corps et sa liberté pour 39€ : je vous dis le prix dès fois que dans la foule de mes lecteurs il se trouve un fou pour vouloir la monter… l’enchère).

nous bavardons, et enhardi par les oeillades grossières de cette friponne, cet insensé maboul lui offre le champagne – il est vrai que pour corser l’affaire et ferrer le poisson, elle avait aussi prétendu fêter son anniversaire, en prime!
(vous croyez que c’est une blague, là, je parie… )

nous buvons, chantons, dansons, médisons allègrement, quel bonheur! quand l’insensé toqué espère voir se réaliser ses rêves d’épousailles en venant trinquer avec sa belle, espérant près de 30 minutes plus tard trouver une larme de champagne gardée à son intention par la vile pique-assiette!

y’en a vraiment qui croient au père noël!
je sais bien que noël approche, mais à ce niveau là, ce n’est même plus du masochisme, c’est du suicide pur et simple…

il décide donc de revenir avec une autre bouteille de champagne, après nous avoir (probablement à l’intention de la canaille profiteuse, d’ailleurs si j’y réfléchis à deux fois) saoulé avec une bouteille entière de boukha – alcool de figue, puissant digestif – qu’il a posé royalement sur la table…!
vous pensez que je blague encore, n’est-ce pas?

la seconde bouteille de champagne arrive. il trinque enfin avec la sangsue, ignorant dédaigneusement mes avertissements, et mes appels: je l’encourageais à rejoindre mon harem, lui promettant le bonheur auquel il a droit, uniquement pour le soustraire à l’influence néfaste de cette dépouilleuse, et pas du tout parce qu’il était mignon et généreux comme tout, bien entendu…

momo le magnifique nous raccompagne jusque devant chez lui pour nous souhaiter une bonne nuit, 2h du matin tout de même, et une soirée de rires dans les pattes…

d’ailleurs, j’y pense, fait tard, je vais mettre mon jambon dans un torchon.
tcho…!

(j’ai mis la carte du resto en photo, non pas qu’ils aient besoin de pub – ils sont complet jusqu’à mi-décembre d’après ce que nous a dit le gentil restaurateur – mais bon, si vous voulez manger oriental dans une ambiance conviviale, allez-y mais réservez avant)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s