« la gentillesse confine à l’art de « se faire avoir »! »

oui mais je dirais, méfiez-vous, tous les gentils ne se valent pas.ou du moins, soyons déjà BIEN d’accord sur la définition de la gentillesse.

j’ai l’impression, pour l’avoir entendu et vu si souvent autour de moi, que la plupart des gens confondent gentillesse et lâcheté. on n’ose pas, donc on fait le gentil. non, ça ce n’est pas de la gentillesse. ou gentillesse et complexes ou failles psychologiques. je manque d’amour, je me sens moche ou pas aimable, donc je suis gentil(le) pour attirer la sympathie des gens. non, ça n’est pas de la gentillesse. ou gentillesse et pression sociale. on m’a demandé un service devant tout le monde, et je n’ose pas refuser de peur de passer pour un(e) méchant(e) égoïste. non, ça n’est pas de la gentillesse non plus.

est gentille la personne qui agit de façon serviable et compatissante alors qu’elle a le choix et ne subit aucune pression d’aucune sorte, ni physique, ni psychologique, ni surtout sociale, parce que derrière le « je suis gentil(le) » se cache souvent un « je suis désespéré(e) aimez-moi! » est gentille la personne qui reste gentille alors que personne ne regarde, et personne ne le saura jamais, donc que sa gentillesse ne lui rapportera rien.

je suis gentille. non pas avec les autres, mais avec MOI.
voilà la différence. ce que je fais, je le fais pour moi. ma gentillesse et ma générosité sont intensément et profondément égocentriques. et j’assume. et je vous emmerde.

je suis bien élevée, donc je reste polie même quand je dois parler à… euh… nicolas sarkozy? chacun agit pour lui. ce n’est pas parce que les gens autour de moi ont choisi de vivre comme des sauvages assoiffés de sang et de violence que je suis obligée de faire de même. allez-y! battez-vous, entre-tuez vous. je refuse de participer. je ne m’abaisserai pas à ça, merci, mais non merci.

et c’est ça que veut dire ma politesse.

certains s’imaginent alors que je suis lâche, ou désespérée, et que je suis prête à tout pour obtenir leur attention et leur présence, et que donc, ils peuvent tout se permettre. quand je vois ça, dans ma tête il se passe deux choses:
1 – mon dieu! il/elle est encore pire que je ne le pensais.
2 – viens me chercher, mon gars, tu vas me trouver!

et ce qui est très très drôle, c’est que j’avertis toujours mon vis à vis qu’il est sur le point de se prendre un pain dans la tête, le plus cordialement du monde, ce qui fait qu’il ne me croit pas, bien entendu, et qu’il est bien surpris de se le prendre, ce pain, dans la gueule. le plus cordialement du monde.

on peut être gentil, poli, bien élevé, calme, et posé, pour soi.
pas dans le but de plaire à l’autre, mais dans celui d’être bien dans son corps et dans sa vie. que l’autre se conduise bien ou mal, finalement, ça n’a de conséquences que sur sa vie à lui. on peut rester totalement imperméable à ce genre de comportements. il suffit de toujours rester dans NOS limites de l’acceptable.

« la gentillesse confine à l’art de « se faire avoir »! » donc.

oui. mais méfiez-vous, tous les gentils ne se ressemblent pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s