baiser ou faire l’amour…? ( II )

pour ceux qui ne connaissent pas mon blog, j’avais déjà fait un billet sur la question "baiser ou faire l’amour?"

dans ce billet j’expliquais ce que vous pensez sans doute que je vais vous redire: on baise de façon détachée avec le corps, et on fait l’amour avec ses sentiments. mais non. pas du tout.
.

"baiser ou faire l’amour – II" parlera des mots qu’on emploie pour dire les choses.

déjà, je suis prête à parier pas mal de choses que ce que j’appelle "baiser" est bien plus tendre que vos relations amoureuses les plus romantiques. bien sûr, je ne vous connais pas, mais l’échantillon de brutasses que ce site m’a permis de rencontrer me laisse assez sereine sur le résultat de ce pari.

je parie aussi que sauf rares (très rares) exceptions, aucun de vous n’a jamais fait l’amour comme je fais l’amour quand je fais l’amour. moi-même, je ne fais l’amour que rarement. il faut vraiment une ambiance particulière, une relation hors du commun, et une envie de communion réciproque. je ne l’ai fait qu’une poignée de fois dans ma vie, et même si j’aime profondément cela, ça ne se répète pas à l’envie, et surtout, c’est impossible avec un amant. malheureusement.

en général, je baise. avec mon mari, avec mes amants, je baise. ça ne veut pas dire que je n’engage pas mes sentiments, au contraire. juste qu’on communique différemment, avec nos corps, dans le plaisir, sans se poser de question, en faisant seulement ce que l’envie nous dicte.

je ne vais pas vous décrire la palette de "je baise" qui existe, vous êtes grands, vous avez vécu, vous savez. je vais vous décrire l’unique "je fais l’amour", et vous allez peut-être mieux comprendre.

conditions nécessaires? on s’aime, profondément, et on a envie de l’autre, pas avec le corps mais avec le coeur. être près de lui, être en lui, et y rester toujours. le sexe débute avec des caresses tendres, le frottement de mon corps contre le sien, et l’ivresse de sentir ses mains sur moi, son corps sur moi, sa peau qui caresse la mienne.
les baisers n’en finissent pas, non pas qu’on s’embrasse, mais qu’on se boit, comme si la soif n’avait pas de fin. et quand nos lèvres se quittent nos yeux plongent dans le regard de l’autre, on se perd l’un dans l’autre, sans complexe, sans honte, sans gêne, comme si les fils de nos regards s’étaient noués.

 
une pénétration toutes les deux secondes, et le rythme qui ne s’accélère pas quand l’orgasme arrive. voilà comment je décrirais faire l’amour. de façon matérielle, et physique. parce que le ressenti, bien entendu, ne se décrit pas facilement. les corps bougent à peine, et ça dure de longues minutes. une heure, parfois plus. et le plus impressionnant, c’est que l’orgasme n’est pas un sommet vers lequel on est propulsé. l’orgasme est une eau tiède dans laquelle on se laisse glisser doucement jusqu’à ce qu’elle nous submerge. un orgasme d’une grande douceur, mais total, profond.

autrement, je baise, oui. sans complexe.
ce n’est qu’un mot. un mot qui ne recouvre pas ce que vous croyez. alors laissez moi respirer! je dis que je baise si je veux. et si vous voulez me faire la leçon, prouvez-moi d’abord que vous SAVEZ faire l’amour. à MA façon.

y’en a moins qui la ramènent, là, hein?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s