les effets d’une belle histoire de sexe…

il y a quelques jours j’ai vécu une belle histoire de fesses (enfin, ça débutait comme une belle histoire de fesses, mais elle a un peu tourné court, puisque je ne reverrai pas mon amant).

alors, ce que j’aime dans les belles histoires de fesses, c’est que ça me booste. j’aime désirer une personne, et me sentir tendue vers elle, sentir mon corps se gonfler d’énergie sexuelle dans l’attente d’être touchée, aimée, prise encore et encore par mon amant.

alors, le premier effet d’une telle histoire de sexe, (nous appellerons ça un effet kiss-fesse, juste pour faire genre) est que je suis de bonne humeur, plus vive, plus gaie, plus active (quand je suis amoureuse je sors en permanence, du coup j’étais surbookée) et que ça se voit. le teint frais, les joues plus roses, les lèvres mouillées, les tétons durs, le corps cambré, la fesse et la cuisse légères, et la culotte… ah la laaa… la culotte toujours mouillée, ça, y’a rien à faire, quand j’ai le désir qui se déclenche, ma culotte en pâtit la première!

bref, me voilà toute "gaite", choisissant mes vêtements favoris tous les matins, parce qu’en pensée je suis avec lui même quand je suis seule, rêveuse 24H/24, voyageant sur sa peau à lui, rêvant de son odeur, de ses lèvres, de ses mains, imaginant déjà ce corps que je ne connais pas encore, me demandant à quoi ressemble son sexe, espérant qu’il soit large (bah quoi, on peut rêver!) et que sa taille me satisfasse, espérant qu’il ait le coup de rein solide, endurant, et tendre, imaginant ce coup de rein au moins 5 fois par jour ce qui fatalement me jette au milieu de mon lit en pleine journée, la main dans ma culotte, haletante de plaisir, et filant enfin le parfait amour avec moi-même! (l’amour me réussit toujours très bien!)

et voilà que pointe son nez le second effet kiss-fesse:

me voyant dans cet état, peu d’hommes me résistent. voilà qu’on me fait des propositions dans la rue (je crois qu’un nez d’homme est parfaitement capable de sentir une culotte même sous quelques couches de vêtements d’hiver, je n’explique ce phénomène que comme ça!), voilà que les contacts hésitants et peu pressés que j’avais sur mes sites de rencontre se font pressants (je crois qu’un nez d’homme est parfaitement capable de sentir une culotte même au travers d’un écran d’ordinateur, je n’explique ce phénomène que comme ça!), et me voilà refusant des propositions à tour de bras parce que…
je ne pense qu’à lui!

mais, elle ne s’en tirera pas à si bon compte la guêpe!
parce que rappelez-vous, je ne vis pas seule… je suis mariée, j’aime mon époux en prime, ce qui ne gâche rien, et quand il me trouve allongée au travers du lit, en sueur, haletante, et la main furieusement logée entre mes cuisses, à votre avis, que fait-il?

bah la même chose que n’importe quel homme solidement constitué.
j’ai passé les deux dernières semaines à faire l’amour. bon gré mal gré, dès que j’étais surprise au milieu de mon fantasme, je subissais le doux joug du désir marital… la tête dans les étoiles (les étoiles, de près, ont une forme d’oreiller, si si, je les ai vues pour vous) à imaginer les bras d’un amant que je n’avais même pas encore réellement touché.

je ne vous raconte pas les difficultés dans lesquelles ce désir insistant m’a plongée! j’ai fait plein de choses ces dernières semaines (je vous le rappelle, quand je suis amoureuse et dégoulinante de désir, je bouge beaucoup) du coup je me suis aussi décidée pour un voyage, j’étais accompagnée de l’amour de ma vie, bien entendu, et de ce désir brûlant pour un nouvel amant, bien entendu… et…
nous avons tous les 3 passé notre séjour à l’hôtel.

c’est quand même dommage de changer de pays pour n’en voir que les 4 murs d’un hôtel, vous ne croyez pas?! nous ne sortions que pour remplir nos obligations de visites familiales et amicales, et dès que j’avais un moment de répit, je repartais dans mes désirs, mes envies de plaisir, ce que voyant, mon mari m’entraînait à sa suite en direction de l’hôtel ("elle est fatiguée, vous savez, le voyage"), et c’était reparti pour un tour.

ça c’est sûr, j’étais fatiguée, épuisée même, mais incapable de m’arrêter. j’ai eu un très bon séjour (enfin si on exclut les visites familiales dont je ne suis pas fan du tout).

voyons alors le troisième effet kiss-fesse: le-ren-dez-vous!

enfin!!! me sachant folle de lui, prête à tout pour le manger au petit déjeuner, au déjeuner, et au dîner, mon futur amant se décide enfin à me donner rendez-vous! chouette!

le jour dit, malgré quelques contretemps, me voilà prête à me faire manger toute crue (et frémissante à cette idée).
le premier contact reste timide (je suis très réservée quand même, malgré les apparences) alors nous nous décidons à manger d’abord (argh!!! résistons! patientons!) puis finalement, il m’emmène chez lui!

un mignon petit appart propret, sans prétention, mais net et je ne vois de suite qu’une chose : le lit qui me tend les bras!
(argh!!! patientons!!! que c’est dur d’être polie et de ne pas montrer qu’on est morte d’envie!)

il me laisse une minute pour aller se laver les mains (comprendre : pipi, lavage de mains et de dents) puis revient d’un air innocent. je joue aussi les innocentes pendant que je m’approche de lui, lui prends les mains, me colle à lui, l’embrasse, me laisse embrasser, l’attire doucement vers le lit, et tombe avec lui sur ce lit!!!

ah les enfants, je ne vous raconterai pas les détails, mais il s’est passé ensuite trois délicieuses heures où j’ai pu réaliser mes fantasmes, mon fantasme, d’être prise par l’homme que je désirais tant! nous avons fait l’amour avec toute la tendresse que j’attendais de cet instant, et même si bien sûr ce n’était pas aussi bien que dans mes fantasmes des jours précédents, ça a été vraiment génial! surtout quand on pense que ce n’était qu’une première fois.

après quoi il m’a très galamment raccompagnée au métro, et je suis rentrée.

si vous vous souvenez bien, je vous ai dit que je ne le reverrai plus, si si, au tout début. il se trouve que lui n’a pas aimé du tout notre rencontre, et qu’il a préféré couper court. j’ai été surprise et terriblement déçue (je l’aurais bien croqué une fois ou deux encore), mais que voulez-vous, des goûts et des couleurs il ne faut pas discuter.

ceci dit, quand je fais le compte de ce que m’a apporté cette histoire, je ne peux dire qu’une chose: je n’avais pas autant fait l’amour depuis bien longtemps! je crois même que mon prochain amant profitera encore des retombées de cette courte relation.

je ne veux pas être vulgaire (à parler si directement de mon intimité, finalement) ou froisser la sensibilité des hommes qui ont du goût (n’ayant pas moi-même celui de connaître l’intimité d’un homme quand j’ai envie de lui, je pourrais comprendre que ma longue narration vous navre). mais il y a un but à tout ceci, si si!

le sentiment amoureux est mon moteur en fait. et j’attache moins d’importance, au final, à l’objet de cet amour, qui peut changer, ou disparaître, qu’à cet amour lui-même. je suis une amoureuse de l’amour. je me faisais une joie d’être amoureuse au printemps, et il semblerait que ça ne sera pas le cas. à moins que je ne trouve rapidement un autre objet à encenser…
(j’encense très bien, si si, et ceci est un appel d’offre officiel).

tout ça pour dire que malgré la violence et la rapidité de mes sentiments (désir pur ou amour d’ailleurs, je ne pourrais pas trancher), malgré la peur que j’ai eu d’en souffrir en cas de rupture (je suis courageuse mais pas téméraire), finalement, les choses se sont faites très naturellement, et à la seconde où j’ai compris qu’il ne me rejoignait ni dans mon élan affectif, ni dans mon désir brûlant, mes sentiments ENVERS LUI sont morts.

il me reste la sensation d’être toujours amoureuse, mais d’un amour en congé, vide, un peu comme si mon sentiment n’arrivait pas à agripper la personne aimée. il me reste aussi un bon souvenir, et pas mal de désirs, de pulsions encore, que je soignerai avec l’assistance médicale d’urgence de mon époux, et l’aide de ceux de mes amants qui voudront bien sacrifier un peu de leurs fluides virils pour sauver ma vie, car j’en ai bien besoin.

 
(imaginez-vous avec assez de précision mes grands yeux noirs agrandis dans mon regard "spécial SPA"?)
 
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s