un dîner entre libertins!

diner-presque-parfait-combat-regions-2x01-vai-L-1
mon dernier dîner libertin a vraiment été une réussite!nous sommes tous arrivés à peu près à la même heure. nous avions rendez-vous à 20h, et j’étais un peu en retard, inquiète de les faire attendre, et finalement, non, les deux premiers arrivés fumaient une cigarette devant le restaurant, et le dernier arrivé nous a rejoint 30 secondes après moi.nous étions donc 4, ravis de nous revoir pour 3 d’entre nous (« habitués » aux dîners) et un nouveau, que j’avais déjà vu seul à seule, mais qui ne connaissait pas encore le principe des dîners. on bavarde, ça va depuis notre dernier dîner? et la santé? et l’amour? et le sexe? on y va? on y va!le restau était… génial. la déco, le service, l’accueil (j’ai un peu dragué le serveur, mais c’est normal), j’étais vraiment contente de mon choix.

nous voilà installés, on prend la carte, on discute de qui prend quoi, apéro or not apéro, menu or not menu, vin à table or not?

très vite, on parle de nous et de nos rencontres sur Adult FriendFinder (et ailleurs en fait). nous nous étions tous « rencontrés » sur AFF, donc principalement on a parlé des rencontres affiennes que nous avions pu faire.

voilà le premier intérêt d’un dîner libertin. déjà on peut parler de ses soucis relationnels avec nos amants, et avoir le soutien et la compréhension de gens qui savent ce que c’est que d’avoir un amant, et des contradictions à gérer.

mes petites histoires d’amant du début d’année ont été assez dures, alors l’un de mes convives s’est inquiété de la raison pour laquelle je « n’en voulais pas aux hommes » en général. si vous aussi vous vous êtes posé la question, voilà ma réponse: je lui ai dit que j’avais un mari parfait, que quelque part, ça compensait, et donc, je ne peux pas en vouloir à tous pour les méfaits de quelques uns.

on a appris les petites mésaventures de tout le monde (je ne les raconterai pas, fallait être là), et tout le monde y est allé de son conseil, ou de ses paroles réconfortantes.

ensuite nous sommes rentrés, chacun chez soi, et là, ce n’est pas fini. quelques jours plus tard, un de mes convives m’écrit qu’il a adoré le dîner (je comprends, moi aussi), et me pose une question fondamentale: penses-tu que toute séduction se perd quand on rencontre une personne lors d’un dîner comme celui-là?

et là, je suis ravie, parce que c’est justement le fer de lance de ma stratégie!
j’adore ces dîners, et je vais vous dire pourquoi!

je me sens plus à l’aise et plus en sécurité quand je rencontre un groupe de personnes plutôt que d’être seule face à un inconnu. et c’est assez logique, puisqu’en groupe, certaines choses ne sont pas possibles: la personne que l’on a en face de soi ne peut pas se montrer entreprenante ou agressive. si séduction il doit y avoir elle sera forcément subtile, donc plus agréable pour moi. impossible d’insister pour finir à l’hôtel, ou avoir une fellation derrière un rideau (si si, on m’a déjà fait ce genre de propositions).

je trouve qu’on fait vraiment connaissance avec l’autre, puisqu’on le voit en groupe, en train d’inter-agir avec plein de monde, donc un peu plus au naturel que lorsqu’il n’a à s’occuper que de moi. de mon côté c’est pareil, je suis plus détendue, plus moi-même, plus ouverte. j’aime connaître un minimum une personne avant d’aller plus loin, et un repas à plusieurs est le meilleur moyen de faire connaissance.

on me dira que faire d’un inconnu une personne qu’on connait tue la séduction. je répondrai qu’une personne vraiment belle et vraiment aimable reste belle et aimable même de près, même après plusieurs heures de conversation. ceux qui ont peur de se dévoiler sont donc à mes yeux surtout des menteurs: c’est clairement plus facile de se faire passer pour un autre quand on est en tête à tête, et qu’on réduit le temps de l’entrevue.

on me dira que les relations en questions deviennent donc fatalement plus profondes, plus intimes. je répondrai qu’une relation sexuelle est à la base une relation intime, et qu’un peu plus ou un peu moins intime, je ne vois là rien à proscrire.

les sentiments sont pour moi partie intégrante d’une relation, tout comme on ne peut pas décider en mangeant de la nourriture que le poisson servira au cerveau et pas au reste, que la pomme servira aux jambes, le riz aux bras, et les haricots au ventre. on prend une personne dans sa totalité, et les sentiments qu’elle nous inspire ne sont pas séparables du plaisir que l’on a à lui faire l’amour.

pour moi faire connaissance signifie se livrer (un minimum) et prendre le risque d’une rencontre (qui peut être agréable, mais désagréable aussi, et c’est bien ça le risque qu’il faut accepter). prendre le temps de discuter ainsi avec une personne, ou plusieurs, prendre la peine de l’écouter, et de lui parler. c’est faire une vraie rencontre, gratuite, sans autre but que la rencontre elle-même, au moins au départ.

si ensuite des atomes crochus se font, si ensuite il y a des affinités, un suivi, du sexe, de l’amitié, ou que sais-je, c’est un plus. ce n’est pas ce « plus » qu’on recherche quand on arrive à un dîner où on ne connait personne, et qu’on sait qu’après le repas tout le monde rentrera chez soi. il faut aimer l’échange, les rencontres, les repas à plusieurs, la surprise de rencontrer des gens différents, qui pensent et aiment autrement. aimer la vie et les gens. comme un libertin (à mon sens hédoniste ou épicurien) est sensé le faire.

découvrir mes partenaires tels qu’ils sont, avec leurs qualités et leurs défauts, est pour moi un plaisir à part entière que je peux séparer du sexe, mais qui est un préalable nécessaire. je pense que je mets assez de tolérance dans mes rencontres pour arriver à de bons résultats.

le vrai challenge c’est de rester séduisant et aimable même une fois qu’on a été totalement dépouillé de l’aura de l’inconnu, du mystère, de la nouveauté. le vrai challenge est de savoir garder les gens près de soi une fois qu’ils nous connaissent bien. le vrai challenge c’est d’être aimable, digne d’être aimé.

je dirai aussi que rencontrer plusieurs personnes donne le choix. si nicolas ne semble pas intéressé, il restera toujours pierre et jean-marc. et c’est pareil pour moi. si je ne suis pas intéressée par jean-marc, eh bien, il pourra toujours tenter sa chance auprès d’amélie ou jessica. les choses se font naturellement, et on va naturellement là où on a le plus d’affinités.

jusqu’à la fin du dîner tout le monde reste libre de faire ce qui lui plait, chacun paye sa conso, on passe juste un bon moment, et on reste libre, on n’a rien promis à personne. libre à moi, et à tous les autre d’ailleurs, de reprendre contact pour s’engager en connaissance de cause plus tard, le lendemain, ou quelques jours plus tard. tout le monde a le mail de tout le monde. c’est facile! alors que je n’apprendrai à personne que lors d’une rencontre en tête à tête, la plupart du temps, on a la pression du « alors qu’est-ce qu’on fait? » à la fin de l’entretien. pour moi, c’est anti naturel au possible!

ce n’est pas fini! encore…

quelques jours plus tard donc, un de mes convives me confie que grâce à nos conversations il a décidé d’envisager d’autres façons de gérer sa vie de libertin, nos conversations l’ayant convaincu. je comprends, moi aussi j’ai beaucoup appris, et changé énormément de choses dans ma vie, juste en parlant avec des libertins.

il n’y a que des avantages à des rencontres entre libertins autour d’un dîner. que des avantages! je conseille même la formule à ceux et celles d’entre vous qui ne sont pas libertins mais qui aimeraient un amant, une amante, un plan cul. organisez des dîner en douce, faites venir les hommes et les femmes qui vous intéressent, montrez-vous séduisant(e), et restez ouvert d’esprit: si jean n’est pas intéressé, n’insistez pas et concentrez-vous sur pierre.

je ne comprends pas pourquoi à plusieurs reprises mes invitations ont été mal reçues: les hommes ont peur de venir parce qu’ils ont peur d’être mis en compétition avec d’autres hommes – je trouve ça juste lamentable d’être si peu sûr de sa virilité. et pour les femmes, mystère! elles vous claquent la porte au nez sans même donner l’ombre d’une explication. elles disent « peut-être, je te tiens au courrant » et te bloquent dans la foulée, purement et simplement!

alors je me pose des questions : qu’est-ce qui vous fait SI peur au sujet d’un dîner entre libertins? je suis vraiment curieuse de savoir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s